Les députés européens se sont opposés « pour la 36e fois » à une mise sur le marché de produits OGM. Plus précisément, l’objection du Parlement concerne un soja génétiquement modifié Mon 89788, se réjouit le 14 mai 2020 le groupe Socialistes et Démocrates du Parlement européen. « La raison est simple : ce soja a été modifié pour résister au glyphosate, ce qui signifie que sa culture fera appel à une utilisation accrue de cette substance, augmentant de facto la quantité de résidus dans les récoltes », expliquent les députés de S&D.

La délégation de S&D fait par ailleurs remarquer que « cette autorisation n’a pas été soutenue par les États membres et que la Commission européenne reconnaît elle-même que c’est là une pratique non démocratique ».

Soutenir la recherche

Pour le vice-président de cette délégation, Eric Andrieu, Bruxelles doit « cesser d’autoriser des OGM, que ce soit à des fins de culture ou d’alimentation humaine ou animale, dans les cas où les États membres ne rendent pas d’avis ; elle doit concentrer son énergie à soutenir la recherche, notamment sur les conséquences sur la santé humaine des OGM et des herbicides complémentaires. »

Limites maximales de résidus

Le Parlement européen a adopté également une objection sur les limites maximales de résidus de plusieurs néonicotinoïdes. Le groupe S&D demande que la Commission européenne respecte le principe de précaution car « nous savons que ces substances sont dangereuses pour les abeilles et autres pollinisateurs ».

> À lire aussi sur DecodAgri : « Les OGM permettent-ils de diminuer l'usage des pesticides ? »

I. E.