Lancée par le ministère de l’Agriculture le 4 juillet 2022, la campagne « Plantes en danger » a pour objectif d’empêcher la propagation des organismes nuisibles pour les plantes, bactéries, virus ou insectes véhiculés par les flux commerciaux de végétaux ou par les voyageurs qui en rapportent de leurs voyages.

Elle cherche donc à sensibiliser le grand public, les particuliers, jardiniers amateurs, et à les inciter à être vigilants, à signaler tout signe ou symptôme inhabituel présent sur les plantes autour de chez eux.

Cette dernière s’adresse aussi aux professionnels du commerce des végétaux et aux collectivités locales. « Acteurs de premier plan dans la prévention de la maladie, il est essentiel de les sensibiliser aux risques que représentent ces organismes nuisibles et à la nécessité d’acheter exclusivement des végétaux dûment contrôlés, disposant d’un passeport phytosanitaire », ajoute le ministère.

Respecter la réglementation

Le certificat phytosanitaire est un document obligatoire qui atteste de l’état phytosanitaire de végétaux ou de produits végétaux destinés à entrer dans l’Union européenne ou à être exportés vers des pays tiers. Les professionnels doivent donc respecter la réglementation en vigueur qui protège aussi bien l’agriculture que l’environnement.

« Un contrôle obligatoire accompagne l’arrivée ou le départ de certains végétaux et produits végétaux dans l’Union européenne, ajoute le ministère de l’Agriculture. Des obligations qui s’appliquent également aux particuliers, c’est pourquoi il est vivement recommandé de ne pas transporter de végétaux ou produits végétaux (fruits, légumes, semences) depuis l’étranger afin de limiter le risque d’introduction de nouveaux ravageurs sur le territoire. »

> À lire aussi : Une gestion du risque renforcée (18/09/2019)

Signalements

La campagne incite chacun à être vigilant et à signaler tout signe ou symptôme inhabituel présent sur les plantes autour de chez eux aux services en charge de la santé des végétaux présents dans chaque région.

Ainsi, certaines applications développées par l’Inrae, telles que AGIIR (Alerter & gérer les insectes invasifs et/ou ravageurs) ou Di@gnoview (diagnostic des pathologies végétales par envoi de photos numériques), etc. peuvent représenter une aide précieuse.

Trois cibles principales

Pour cette campagne, trois organismes nuisibles prioritaires ont été ciblés :

  • La bactérie Xylella fastidiosa est présente en France en Corse, en Occitanie et dans la Région Paca. Son mode de transmission par des insectes vecteurs et la multiplicité des plantes hôtes rendent sa propagation très dangereuse. Télécharger la fiche spécifique.
  • Le scarabée japonais (Popillia japonica) se déplace facilement sur de grandes distances par les moyens de transport (camions, trains, etc.) et est polyphage (se nourrit de nombreuses espèces végétales). Il n’a pas encore été détecté en France mais est présent en Italie et dans le sud de la Suisse. Télécharger la fiche spécifique.
  • Plusieurs foyers de capricornes asiatiques (Anoplophora) ont été détectés en France ces dernières années. L’introduction de ces insectes est liée au transport d’emballages en bois et de bonsaïs en provenance de l’Asie. Télécharger la fiche spécifique.

« Ce sont des organismes de quarantaine prioritaires (1) suivant le règlement européen 2016/2031/UE : leur incidence économique, environnementale ou sociale potentielle est considérée comme la plus grave pour le territoire de l’Union européenne », conclut le ministère de l’Agriculture.

Céline Fricotté

(1) Un organisme nuisible qui a une importance potentielle pour l’économie de la zone menacée et qui n’est pas encore présent dans cette zone ou bien qui y est présent mais n’y est pas largement disséminé et fait l’objet d’une lutte officielle.