Le plan de relance gouvernemental prévoit une enveloppe de 10 millions d’euros (50 €/t au maximum) afin de favoriser les dégagements de pommes de terre rendues excédentaires du fait de la crise du coronavirus, vers des débouchés non-alimentaires (alimentation animale, méthanisation, compostage). L’autoconsommation est exclue du dispositif. Les discussions concernant ses modalités et son organisation sont toujours en cours...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
20%

Vous avez parcouru 20% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !