80 millions d’euros. C’est la somme que le ministère de l’Agriculture ajoute aux 135 millions d’euros initialement prévus dans le plan de relance pour la conversion des agroéquipements à la transition écologique. Il l’a annoncé ce 7 décembre 2020, dans le communiqué où il officialise le crédit d’impôt de 2 500 euros accordé aux agriculteurs pour la sortie du glyphosate voté le 5 décembre par le Sénat.

« Toute transition a un coût »

« La création de ce crédit d’impôt et le déblocage d’une enveloppe supplémentaire de 80 millions d’euros pour la conversion d’agroéquipements résultent d’une volonté forte du gouvernement d’accompagner les agriculteurs, assure Julien Denormandie, le ministre de l’Agriculture cité dans le communiqué de presse. Toute transition a un coût et doit donc être financée. »

Selon les annexes du plan de relance, cette prime à la conversion vise à inciter les exploitations agricoles à « acquérir des matériels de précision permettant d’optimiser les pratiques en réduisant les quantités utilisées ou de matériels de substitution permettant d’intégrer des pratiques alternatives à l’usage d’intrants ».

À titre d’exemple, le gouvernement cite dans son document, les matériels « facilitant de nouvelles pratiques comme celle des cultures combinées, ou permettant l’amélioration du taux de couverture végétale des sols ou dans des lieux de stockage et dans la logistique ». Il évoque aussi le soutien à l’investissement à l’installation de nouveaux agriculteurs inscrits dans la transition agroécologique.

Éric Roussel