Plus du 25 % des volumes de pesticides – principalement des herbicides – utilisés dans l’agriculture américaine sont interdits dans l’Union européenne, 3 % en Chine et 2 % au Brésil, selon une étude publiée jeudi dans la revue Environmental Health.

Sur 374 principes actifs autorisés pour l’agriculture aux États-Unis en 2016, 72 étaient interdits dans l’Union européenne. Le paraquat et le phorate sont interdits ou vont l’être prochainement tant en UE (depuis 2007) qu’au Brésil et en Chine. En revanche, les États-Unis n’interdisent que deux ou trois des pesticides qui sont autorisés dans chaque autre pays.

De puissants lobbys

Pourtant, l’Agence de protection de l’environnement (EPA), créée en 1970, a interdit certains pesticides rapidement. Cependant, beaucoup d’Américains « ne se rendent pas compte à quel point les États-Unis sont devenus à la traîne », regrette Nathan Donley, scientifique au Centre pour la diversité biologique, une ONG. Le bureau des pesticides de l’EPA est à blâmer, renchérit Nathan Donley, qui dénonce l’influence des lobbys des pesticides et agricoles sur les décisionnaires.

Avec l’AFP