Le lundi 20 janvier 2020, au petit matin, une centaine d’adhérents de la Coordination rurale avait rendez-vous devant la Direction régionale de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt (Draaf) d’Amiens afin de protester contre la mise en place des zones de non-traitement (ZNT). Une délégation a été reçue par le directeur pendant 2h15. Elle a demandé le retrait pur et simple de ce décret du 27 décembre 2019. La Coordination rurale ne veut en effet ni moratoire, comme le demande la FNSEA, ni aide compensatoire.

Le directeur va faire remonter les demandes

Régis Dubois, agriculteur et membre de la Coordination rurale, a rappelé que les produits utilisés étaient autorisés par l’Anses. Si cette agence a déjà préconisé des ZNT le long des cours d’eau, elle a toujours considéré que ce n’était pas nécessaire le long des habitations. La délégation a montré au préfet que l’application du décret revenait à une exclusion au niveau départementale de 5 000 hectares. « Ce qui paraît d’autant plus incohérent quand on sait que les pouvoirs publics cherche à lutter contre l’artificialisation des terres agricoles », estime Régis Dubois.

Cette mesure a aussi un impact économique, selon le syndicaliste : perte de production, dévaluation du foncier, paiement des fermages. Selon la Coordination rurale, le Draaf a écouté les revendications et s’est même montré gêné devant certaines d’entre elles. Il a assuré aux agriculteurs qu’il ferait remonter leur revendication. Cependant, les syndicalistes « ne se font aucun film ». Ils croient assez peu à une réponse positive du gouvernement.

Pas d’action intersyndicale pour la Somme

La Coordination rurale voulait initialement réaliser une action intersyndicale. La FDSEA de la Somme et JA ont préféré organiser une manifestation seuls devant la même Draaf le vendredi 17 janvier 2020. Une action commune est cependant prévue le mercredi 22 janvier 2020 à 11h00 devant la préfecture de Région de Lille. L’objectif de la Coordination rurale est de faire des actions partout en France pour donner une ampleur nationale au mouvement.

À Orléans, pendant ce temps-là…

La Coordination rurale du Centre a aussi manifesté ce lundi 20 janvier 2020 devant la Draaf d’Orléans. Une délégation a été reçue par le Draaf. Madelone de Sèze, présidente de la Coordination rurale de l’Indre, a rappelé que l’Anses autorisait le produit phytosanitaire au même titre que les médicaments, et que le décret favorisait un dénigrement de l’agriculture.

Autre lieu, autre syndicat

La FDSEA du Rhône a organisé une manifestation semblable ce lundi aussi. Les représentants des agriculteurs ont interrogé le Draaf sur les modalités d’application de ce décret, particulièrement dans les vignes. Selon la FDSEA, « en Beaujolais et Beaujolais Village, si une parcelle perd 20 % de sa surface, elle peut être déclassée. À l’inverse, si les rangs non traités ne sont pas arrachés, les maladies risquent de se propager dans le reste de la parcelle. »

Par ailleurs, en insistant sur la dangerosité des produits phytosanitaire, la mesure risque d’effrayer les voisins et de créer encore plus de problèmes de voisinage pendant l’épandage des différents produits qui n’ont pas la même ZNT. Les produits de biocontrôle, par exemple, ne sont pas soumis aux ZNT.

Renaud d’Hardivilliers