Le pôle social du tribunal de Rennes a reconnu, le 21 décembre 2020, le glioblastome (tumeur cérébrale) d’un agriculteur, décédé en mars 2020 à l’âge de 43 ans, comme maladie professionnelle, « maladie hors tableau du régime agricole des maladies professionnelles », précise le Collectif de soutien aux victimes des pesticides de l’Ouest dans un communiqué le lendemain de la décision.

« Cette reconnaissance ouvre la voie, nous l’espérons, aux trois autres demandes de reconnaissance en cours pour des paysans et paysannes décédés de tumeurs cérébrales », poursuit le Collectif.

> À lire aussi : Phytos : Le fonds d’indemnisation des victimes de pesticides est opérationnel (30/11/2020)

Deux victimes de Parkinson

Le tribunal a également tranché en faveur de deux autres victimes. Un technicien en semences souffrant de la maladie de Parkinson, reconnue maladie professionnelle depuis 2016, a ainsi obtenu la « reconnaissance de la faute inexcusable de son employeur, la coopérative Agrial », indique le Collectif.

Une salariée travaillant dans des serres en Ille-et-Vilaine a également été reconnue en maladie professionnelle pour Parkinson, ce « que lui avait refusée la MSA Portes de Bretagne, détaille le Collectif. Elle souffre de cette maladie depuis l’âge de 50 ans. »

Le Collectif a réaffirmé son souhait « d’informer, accompagner les victimes des pesticides, qu’ils soient paysans, salariés agricoles, salariés de coopératives, paysagistes, employés des espaces verts… Jusqu’à la reconnaissance en maladie professionnelle et l’attribution d’une rente au malade ou à sa famille. »

Justine Papin