Dans une note Agreste publiée le 14 juin, le ministère de l’Agriculture estime qu’au 1er juin 2017, la production annuelle de pêches, de nectarines, de brugnons et de pavies atteint 215 000 tonnes. Un niveau de production supérieur de 4 % à celui de l’an dernier.

Les régions productrices ont vu la récolte débuter avec un peu d’avance. Le gel a occasionné quelques dégâts ponctuels, mais les rendements devraient être supérieurs à ceux de l’an dernier. Même tendance chez nos voisins européens, avec une récolte en hausse de 11 % par rapport à celle de 2016. La production espagnole gagnerait 9 %, l’Italie 5 %, et la Grèce bondirait de 49 % sur un an, après une succession d’années déficitaires.

Production moindre en 2016

En 2016, le chiffre d’affaires national est resté stable sur un an. La production de pêches affichait 206 000 t, en recul de 5 % par rapport à 2015, essentiellement en raison des épisodes de grêle dans la vallée du Rhône, et d’une baisse des surfaces de 4 % au niveau national. Même constat dans l’Union européenne, où la production s’est repliée de 6 %.

Conséquence principale de ce repli de la production, les cours ont été soutenus sur la campagne, 5 % au-delà des prix de la précédente. Pourtant, les importations étaient 20 % au-dessus de la moyenne des cinq dernières années. Quant aux exportations, elles ont reculé sur un an de 12 %, notamment vers l’Allemagne.