Novabiom, dans un communiqué du 20 décembre 2017, se félicite de l’évolution de la Pac et de la « reconnaissance des atouts environnementaux du miscanthus » qui lui permettent d’être ajouté à la liste des SIE. Il est accrédité d’un facteur de 0,7 : 1 ha de miscanthus équivaut donc à 0,7 ha de SIE.

Pour rappel, les SIE constituent pour les agriculteurs une condition pour recevoir l’intégralité des aides Pac (paiements verts) et doivent représenter l’équivalent de 5 % de leur surface en terres arables.

Plusieurs possibilités existent pour respecter les engagements SIE : couverts intermédiaires multi-espèces, haies, gel de surfaces… Il est à noter que l’utilisation des phytos a été récemment interdite sur les SIE, ce qui pénalise fortement les protéagineux qui sont également éligibles.

Culture pérenne

« Cette révision de la liste des cultures éligibles est l’aboutissement d’une concertation avec les instances européennes depuis plusieurs mois, à l’initiative de Novabiom, France Miscanthus, Aebiom et d’autres acteurs européens (comme la Belgique au travers de Valbiom et l’Allemagne) très impliqués dans la reconnaissance du miscanthus et de ses services écosystémiques », précise Novabiom.

La société qui fournit des plants de miscanthus rappelle que « le miscanthus est une culture pérenne mise en place pour une durée d’au moins 20 ans. Elle offre des débouchés économiques intéressants : litières, biocombustible, paillage horticole… » Cette culture, selon Novabiom, permet de lutter contre l’érosion, de préserver la qualité des eaux mais également de valoriser des parcelles polluées ou des zones proches de bassin de captage d’eau potable.

F.M.