Le 28 juin 2022, le NEPG (1) a annoncé ses estimations de surface de pommes de terre pour la campagne en cours, dans le nord-ouest de l’Europe. Celle-ci « a augmenté dans les 4 pays de 2 % pour atteindre 507 300 ha, soit une augmentation de 10 100 ha. Par rapport à la moyenne sur 5 ans, l’augmentation est de 0,9 % », indique son communiqué.

« À la fin de l’hiver et au début du printemps, les premières estimations faisaient état d’une diminution de la superficie de 2022, principalement en raison de coûts de production toujours plus élevés… », ajoute-t-il.

À lire aussi : Les producteurs de pommes de terre dans l’incertitude (23/03/22)

Impact des aléas climatiques

Sur les conditions de cultures, les hâtives sont en avance d’une à deux semaines par rapport à une année classique et certaines cultures de conservation observent des premiers signes de sénescence. « Certains champs de variétés de conservation ont fleuri plus tôt que d’habitude, sans fermer les rangs, ce qui signifie que la production potentielle pourrait être inférieure », précise le groupe de producteurs.

L’irrigation ne semble pas être aussi efficace cette année, certains producteurs choisissant même l’impasse sur certains tours d’eau ou des reports en raison du coût de l’énergie. « Les aléas climatiques passés, présents et futurs pourraient nous réserver d’autres surprises dans les jours ou semaines à venir, par leur influence sur le rendement final et la qualité… ».

Des contraintes pour les emblavements de 2023

Par ailleurs, le NEPG estime que les prix des contrats pour la récolte de 2023 devraient être liés aux augmentations des coûts de production, précisant que ces derniers auront certainement une influence sur les emblavements et donc la production de 2023. La réforme de la Pac pourrait aussi, selon le groupe, impacter les superficies de pommes de terre en Europe.

« De nouvelles contraintes environnementales liées à la proposition de la Commission européenne de réduire de moitié l’utilisation des produits phytosanitaires d’ici à 2030 pourraient également limiter les futures surfaces de pommes de terre et/ou décourager les patatiers », ajoute-t-il.

À lire aussi : Des nouvelles règles « strictes » pour réduire l’utilisation des phytos (23/06/22)

Charlotte Salmon

(1) Groupe des producteurs de pommes de terre du Nord-ouest européen, à savoir Belgique, France, Allemagne et Pays-Bas.