Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Dossier Rendements décevants, qualité au top

réservé aux abonnés

 - -->
©

Le climat chaotique fait de la récolte 2018 un petit cru en volume, mais les bons résultats qualitatifs devraient permettre de reconquérir nos marchés traditionnels.

Précoce et rapide. Voilà comment qualifier la moisson 2018 qui est désormais terminée pour le colza et les céréales, à part certaines orges de printemps. Les chantiers ont souvent débuté avec une à trois semaines d’avance, du fait des fortes températures en juin. En Bretagne, la collecte s’est même achevée en juillet, ce qui n’était jamais arrivé depuis 1976 !

Le Sud-Ouest fait exception : avec les pluies continues au printemps, les stades des cultures étaient plus tardifs que d’habitude et les récoltes n’ont souvent pas démarré avant début juillet. Et si dans cette région, les orages ont ralenti les travaux, ailleurs le ballet des moissonneuses a été très peu interrompu par les pluies. « Beaucoup de blé a été récolté à seulement 11-12 % d’humidité, relate un opérateur dans les Hauts-de-France. Humidité qui ne remontait pas la nuit. »

Le compte n’y est pas

Mais côté rendement, le compte n’y est pas, surtout en colza. Si l’automne sec a en moyenne permis une bonne implantation, la pression maladie due à l’hiver doux et humide, conjuguée aux fortes températures de fin de cycle, a entraîné un moindre remplissage des grains de céréales. La situation varie toutefois selon la nature des sols : les terres légères, drainantes, habituellement sensibles à la sécheresse, sont moins pénalisées cette année par l’excès d’eau et ont des rendements supérieurs à la moyenne. C’est l’inverse pour les sols profonds.

En blé tendre, le rendement moyen est évalué à 69-70 q/ha, en retrait de plus de 6 % par rapport à la moyenne olympique sur cinq ans (1). « La surface emblavée, au plus bas depuis six ans, atteint 4,94 millions d’hectares et amplifie l’impact de la chute du rendement », note Agritel. Les parcelles oscillent entre 61-63 q/ha en moyenne en Rhône-Alpes et Poitou-Charentes, et 80-85 q/ha en Champagne-Ardenne et dans les Hauts-de-France, en passant par 67-69 q/ha en Lorraine et en Bourgogne, 70 q/ha en Auvergne ou encore 75 q/ha dans le Centre et l’Ile-de-France. Des chiffres en demi-teinte par rapport à ce qu’attendaient les opérateurs. Même si certaines parcelles se hissent parfois à 95-100 q/ha.

Mauvais remplissage

Le décrochage est plus fort en Bretagne et dans les Pays de la Loire, où les rendements décrochent de 5 à 15 q/ha par rapport à la moyenne. « Après les fortes pluies de l’hiver qui ont saturé les sols en eau, le défaut d’ensoleillement en juin a pénalisé le remplissage des grains, s’ajoutant à une densité d’épis faible », explique un responsable de collecte en Bretagne.

La chute est encore plus spectaculaire dans le Sud, confronté à un cumul de pluie exceptionnel depuis la sortie de l’hiver jusqu’à la maturité. Les orages post-floraison en fin de cycle ont aussi été catastrophiques. « Les rendements avoisinent les 45 q/ha, c’est 15 à 20 % de moins que d’habitude », confie un opérateur en Occitanie.

Les sols de boulbène sensibles aux excès d’eau sont les plus pénalisés. Les orages de juillet ont fini de dégrader la qualité. Avec des poids spécifiques (PS) à 72-73 kg/hl, la moitié des blés rentrés partiront en fourrager. Mais ces mauvais résultats de PS dans le Sud ne doivent pas faire oublier l’excellente qualité des lots partout ailleurs. Les PS sont ainsi supérieurs à 77 kg/hl, avec des moyennes dépassant parfois 80 kg/hl.

Les taux de protéines dépassent allègrement les 11,5 % en moyenne, voire les 12 %, grâce à de bonnes conditions d’absorption d’azote. Point à surveiller : la présence de mycotoxines, puisque certains lots dépassent la norme de 1 250 ppb en déoxynivalénol, notamment dans le Sud-Ouest où les marchés sont au statu quo par peur de commercialiser des lots non conformes.

Le blé dur à la peine

En moyenne en blé dur, les volumes sont 15 à 20 % inférieurs à ceux de 2017. Mais les résultats sont très contrastés selon les bassins de production. Ils sont ainsi élevés dans le Centre (>70 q/ha), avec un taux protéique (>14,5 %) et un PS (>79 kg/hl) très bons. Dans le Centre-Ouest, les résultats sont moyens (entre 50 et 60 q/ha en rendement, 77 kg/hl en PS et 14,5 % en protéines).

Là encore, le Sud-Ouest paye un lourd tribut. Dans cette zone, « la situation est comparable à 2016 », s’est inquiété Philippe Pinta, président de l’AGPB (2) lors d’un point presse le 26 juillet. Les rendements ne dépassent pas les 40 q/ha, avec des PS faibles, des protéines moyennes, et des taux de moucheture et de mitadinage élevés.

« Seuls 20 à 30 % de la collecte ont une qualité potable », chiffre un collecteur qui prédit une baisse de la sole blé dur dans la région au profit de blés améliorants. « Mais la prime de ces derniers va baisser », estime-t-il. Les fabricants de pâtes et de semoule industrielle ont prévenu qu’une « grande partie de la récolte ne sera pas utilisable par l’industrie et devra servir pour l’alimentation animale ».

Des orges dans la moyenne

Quant aux orges, elles sont dans la moyenne quinquennale. Entre 9 et 10 Mt ont été récoltés en orge d’hiver. Les rendements suivent un gradient d’ouest en est, avec une moyenne nationale de 67 q/ha. Du point de vue qualité, les taux protéiques sont homogènes, dans la fourchette brassicole (entre 10 et 11 %) ; le calibrage est moyen dans le Centre, bon à très bon dans le reste des régions.

Les rendements d’orge de printemps devraient être très corrects, avec des taux protéiques répondant également aux exigences brassicoles (9,5 à 10,8 %). Les calibrages sont bons (90 %). Après cette récolte décevante en quantité, les regards se tournent vers les prix qui progressent. « Mais il faudra que ça monte sur plusieurs exercices pour donner de l’air aux producteurs », prévient un responsable de collecte dans la Vienne.

I. E. et H. P.

(1) Pour laquelle on a retiré la plus petite et la plus grande donnée.

(2) Assemblée générale des producteurs de blé.

Excès d’eau, gel et chaleur ont eu raison du colza

Davantage que les céréales, le colza a fait les frais des mauvaises conditions météo de l’hiver et du printemps : l’excès d’eau et le gel ont pénalisé l’enracinement des plantes et accentué la pression des altises. Le poids de mille grains n’a pas pu compenser le manque de grains par mètre carré, du fait d’une floraison très courte dans certaines zones. À cela s’ajoute une fin de cycle très rapide, en raison des fortes températures, et marquée par de nombreux problèmes sanitaires (charançons de la tige, alternaria, cylindrosporiose, phoma, verticillium…) qui ont impacté le remplissage des graines.

La production atteindrait 4,6 Mt (- 14,5 % sur un an et - 9,2 % par rapport à la moyenne 2013-2017). Le rendement national moyen est attendu à 31 q/ha (38,3 q/ha en 2017, année record). Les colzas, asphyxiés pour beaucoup, oscillent entre quelques quintaux et 50 q/ha, avec une moyenne de seulement 37 q/ha en Eure-et-Loir, 36 q/ha en Rhône-Alpes, 35 q/ha dans les Hauts-de-France et en Champagne-Ardenne, 32 q/ha en Bretagne, 29 q/ha en Bourgogne et Lorraine, 25 q/ha en Occitanie, 24 q/ha en Poitou-Charentes.

© J.-M. Nossant
Logistique : le transport des grains a souffert

La campagne a aussi été marquée par les grèves SNCF. « Et cela dure toujours », s’exclame dépité un collecteur de Poitou-Charentes qui dit avoir loupé trois trains récemment, après les 41 annulés au printemps. Pour acheminer à destination les grains déjà vendus, les OS ont dû avoir recours à des camions ou des péniches. Encore faut-il en trouver en suffisance. Autre difficulté : le coût d’affrètement des péniches qui a doublé entre avril et juillet. La faute à la pénurie de bateaux du fait des travaux du Grand Paris.

Beaucoup d’OS se sont retrouvés fin juin avec des stocks supplémentaires dans les silos, alors que la nouvelle récolte s’apprêtait à être moissonnée. Il reste encore beaucoup d’incertitudes pour l’exécution des contrats à fin août. « Des clients qui ne peuvent être livrés à temps par train n’hésitent pas à importer des céréales », déplore un opérateur.

Entre 33 et 35 Mt de blé tendre

La collecte de blé tendre évaluée début juillet à environ 36 millions de tonnes (Mt) a été revue à la baisse depuis. Elle devrait plutôt se situer entre 33 et 35 Mt, selon les sources. Ce serait ainsi la troisième plus faible de la décennie.

Votre analyse quotidienne du marché - Oléagineux

Le colza regagne du terrain sur Euronext

Les prix du colza remontaient ce lundi 25 octobre 2021 en fin d’après-midi sur le marché européen, après quelques jours de décrue, dans un contexte encore volatil, marqué par les fluctuations du pétrole à des niveaux record.
Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités


Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !