Le président mexicain Andres Manuel Lopez Obrador, qui a annoncé cette démission le 2 septembre 2020, a assuré que le départ du gouvernement de l’environnementaliste mexicain « le plus cultivé et le plus cohérent » était lié à des raisons « de santé ». Le gouvernement mexicain a pour sa part indiqué qu’il allait progressivement réduire les importations de glyphosate.

Sur fond de polémique

Une polémique a surgi le 5 août lorsque la presse a révélé le contenu d’une conversation entre Victor Toledo et d’autres fonctionnaires pendant laquelle il dénonçait les « contradictions » du président mexicain.

Écologiste reconnu de 75 ans, Victor. Toledo s’oppose à l’utilisation du glyphosate, considéré depuis mars 2015 comme « cancérigène probable » par le Centre national de recherche contre le cancer (Circ).

« Nous n’allons pas pouvoir aller vers l’agroécologie librement car le président, le secrétaire à l’Agriculture et le secrétaire général de la présidence sont contre », a déclaré Victor Toledo, selon une retranscription de la conversation qu’il n’a pas démentie.

Le président mexicain, a soutenu mercredi que l’ancien ministre avait donné sa démission avant la polémique. « Il m’avait dit qu’il ne pouvait pas continuer. […] Nous ne sommes pas tous faits pour résister aux pressions », a déclaré le président lors de sa conférence de presse quotidienne, soulignant que « l’activité dans le domaine public génère du stress ».

AFP