Cette reprise prendra effet le 2 janvier prochain. Advens était le seul repreneur en lice après l’abandon d’autres candidats. Créée en 1865, la société et sa filiale GMS Meunerie avaient demandé leur mise en redressement judiciaire à la fin d’août, acculées par des difficultés financières remontant à la période 2010-2012, à cause de la hausse de cours du blé, d’une amende infligée par l’Autorité de la concurrence ? Et des différends avec un partenaire commercial.

Montée au capital

Fournisseur en farine notamment pour les boulangeries Banette du Grand Est et fabricant de la marque Gruau d’Or, le groupe exploite une dizaine de moulins en France et en Allemagne et compte 400 salariés, dont 180 sur Strasbourg. Déjà actionnaire depuis 2012 de GMS à hauteur de 5 %, Advens, spécialisé dans le coton, a prévu de reprendre 116 des salariés en CDI sur Strasbourg, ainsi que tous les salariés des filiales, les CDD et les intérimaires.

« Il y aura entre 25 et 30 départs au niveau de tout le groupe », a affirmé Abbas Jaber, le patron d’Advens, en marge d’une audience de la chambre commerciale hier après-midi.

Advens, qui compte actuellement 2 700 employés à temps plein et réalise 217 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2017, a prévu d’investir dix millions d’euros sur cinq ans dans les Grands Moulins de Strasbourg.

Sur le port de Strasbourg

« GMS a un savoir-faire en matière de meunerie qui est l’un des meilleurs de toute l’Europe et l’unité industrielle de Strasbourg est l’une des plus grandes minoteries d’Europe », a vanté Abbas Jaber. Il a souligné que le port de Strasbourg sur le Rhin était « un atout majeur » pour le transport et l’exportation de la farine. En 2017, la holding Grands Moulins de Strasbourg a généré un chiffre d’affaires de 9,5 millions d’euros et GMS Meunerie de 108 millions d’euros.

AFP