Malgré quelques épisodes de fraîcheur marquée, la douceur a dominé cet automne, signalait Météo-France dans une note du 29 novembre 2019. Après un mois de septembre sec et ensoleillé, de nombreuses perturbations très actives se sont succédé sur la France depuis le début d’octobre s’accompagnant de pluies très abondantes sur l’ouest du pays, notamment sur le sud de l’Aquitaine.

Voir aussi : La météo complique les semis dans l’Union européenne (25/11/2019)

Pluies diluviennes, neige et tempête

Plusieurs épisodes méditerranéens intenses ont généré des pluies diluviennes sur le Sud-Est et la Corse. Après un net refroidissement, un épisode neigeux précoce a concerné le Centre-Est à la mi-novembre. La tempête Amélie, qui a balayé la moitié sud du pays le 3 novembre, a été d’une intensité assez remarquable pour un mois de novembre.

Hormis une période de fraîcheur assez marquée durant le mois de novembre, les températures sont le plus souvent restées supérieures aux normales. « En moyenne sur la saison et sur la France, la température devrait être supérieure à la normale de 1°C, plaçant 2019 au sixième rang des automnes les plus chauds depuis 1900, derrière 2006 (+2,4°C), 2014 (+2,3°C), 2011 (+1,7°C), 2018 (+1,2°C) et 2009 (+1,1°C) », détaille l’établissement.

Après le sec, les précipitations excédentaires

Déficitaire depuis le début de l’année, la pluviométrie a été fortement excédentaire en octobre et novembre (> 70 %). Les précipitations ont souvent atteint une fois et demie à deux fois la normale dans une large moitié ouest et sud. Les cumuls de pluie ont été plus conformes à la saison sur un petit quart nord-est du pays. « En moyenne, sur la France et sur la saison, la pluviométrie est à ce jour excédentaire de plus de 30 % », détaille Météo-France.

Voir aussi : Eaux souterraines, la recharge automnale des nappes a commencé (15/11/2019)

Source : Météo-France

Généreux en septembre, le soleil a ensuite été peu présent, notamment sur la moitié ouest du pays. Sur l’ensemble de la saison, l’ensoleillement, proche de la normale de la Bourgogne au golfe du Lion et en Corse, a souvent été légèrement déficitaire sur le reste du pays. Le déficit a localement dépassé 10 % sur un large quart nord-ouest.

I. Lartigot