Grâce à un puissant anticyclone, les pressions vont rester très élevées sur le pays jusqu’à dimanche inclus, explique Météo-France dans un point météo publié le mercredi 13 février. Après une petite baisse lundi, les pressions repartiront à la hausse mardi, et la semaine prochaine devrait être également anticyclonique.

Entrées maritimes

La position du cœur de l’anticyclone, vers l’est de la chaîne des Alpes, entraînera un léger flux de sud-est sur la France. D’une part, ce léger flux de sud-est asséchera les basses couches de l’atmosphère (les grisailles matinales vont se raréfier), et, d’autre part, il sera associé à un radoucissement de la masse d’air. Cependant, près du golfe du Lion, les flux de sud-est sont souvent synonymes d’entrées maritimes. Ce sera le cas ces prochains jours avec parfois un temps gris entre le Roussillon et le Languedoc, même si la fin de l’hiver est la période où la Méditerranée est la plus froide, et donc l’effet humidificateur de la mer est moindre qu’en automne.

Gelées le matin, douceur l’après-midi

Les matinées vont rester relativement froides jusqu’à vendredi, avec de fréquentes gelées matinales, rarement fortes. En journée, avec l’ensoleillement déjà plus généreux de février et la masse d’air se réchauffant, les maximales seront le plus souvent comprises entre 12 et 16°C, localement davantage, soit des températures maximales comparables aux moyennes d’un début de printemps (de la fin de mars au début d’avril). Cette douceur diurne n’aura toutefois rien d’exceptionnel, et on restera loin des records de douceur pour la période, qui requièrent pour les battre de puissants flux de sud, une situation synoptique qui n’est pas pour le moment envisagée.

Régime sec

Étant donné la reconstitution probable d’un nouvel anticyclone de blocage la semaine prochaine, il n’est pas près de pleuvoir à grande échelle sur le pays. Jusqu’à maintenant toutefois, hormis les régions méditerranéennes où il a très peu plu cet hiver (notamment dans le Languedoc-Roussillon), les quantités de précipitations ont été proches de la normale cet hiver.

F.M.