L’indice des prix des produits laitiers a chuté de 9,7 % en décembre. Pourquoi ? À cause « des quantités importantes destinées à l’exportation et d’une faiblesse de la demande qui ont pesé sur les prix mondiaux de la poudre de lait écrémé et entier, ainsi que sur le fromage et le beurre, détaille la FAO dans son communiqué diffusé ce 11 janvier 2018. Au cours de l’ensemble de l’année 2017, le sous-indice affichait pourtant une moyenne en hausse de 31,5 % par rapport à l’année précédente. »

Le palme plomber le soja

Quant à l’indice des huiles végétales, il a reculé de 5,6 % en novembre, « tandis que les prix de l’huile de palme ont également chuté face à l’ampleur des stocks malaysiens et indonésiens. Une situation qui a eu pour effet de faire baisser les cotations pour l’huile de soja. En 2017, le sous-indice affichait une moyenne en hausse de 3 % par rapport à l’année précédente. »

L’indice des prix du sucre est également à la baisse : de 4,1 %. Cette baisse « s’explique notamment par des facteurs saisonniers et des prévisions tablant sur un large surplus pour l’année à venir. En 2017, les prix du sucre étaient en baisse de 11,2 %, en moyenne, par rapport à 2016, et ce, en grande partie en raison d’une récolte exceptionnelle au Brésil, principal producteur à l’échelle mondiale. »

Le blé et le maïs reculent

Quant aux céréales, leur indice est « resté globalement stable pour le troisième mois consécutif, avec notamment la baisse des prix mondiaux du blé, tandis que ceux du maïs et du riz ont grimpé. En 2017, l’Indice a connu une hausse de 3,2 % par rapport à 2016, mais est resté 37 % en dessous de son pic record enregistré en 2011. »

(1) Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture.