L’USDA a corrigé une hausse des rendements annoncée en octobre qui avait surpris les marchés et avait été très contestée par les spécialistes du secteur, compte tenu des trombes d’eau qui s’étaient abattues sur les États-Unis. La production américaine est ainsi revue à la baisse de 3 millions de tonnes (Mt) à 347 Mt. Les stocks, en revanche, ne bougent presque pas, la consommation intérieure et les exportations étant également revues à la baisse.

Avec cette révision, « on est dans les fourchettes des analystes, souvent proche des consensus hauts », souligne Gautier Le Molgat, analyste chez Agritel. Le cours, à la Bourse de Chicago, a grimpé de 1 % à la publication du rapport, une hausse qui s’est un peu tassée par la suite. Sur Euronext, les cours étaient quasi inchangés à la clôture, sur les échéances rapprochées.

Conséquence de ce changement dans la donne américaine, les stocks de maïs brésiliens étaient eux revus à la baisse d’autant, à 5 Mt, « parce que les Brésiliens vont compenser les exportations américaines », souligne Gautier Le Molgat.

Rapport neutre en blé

Concernant le blé, le rapport est « globalement neutre » en termes de disponibilités mondiales, estime Gautier Le Molgat et « haussier sur le marché américain, parce qu’ils ont révisé leur production (52,2 Mt, –1,2 Mt) en raison d’une baisse des surfaces récoltées ».

À l’échelle mondiale, cette révision à la baisse de la production américaine est largement compensée par une production en hausse en Russie (74 Mt, +1,5 Mt) et dans l’Union européenne (153 Mt, +1 Mt). Les perspectives d’exportation vers les marchés africains et du Moyen-Orient sont revues à la hausse.

Peu de changement en soja

Le soja, enfin, voit sa production américaine totalement inchangée à 96,6 Mt, et les stocks de fin de campagne légèrement revus à la hausse. Pas de changement non plus en termes de volumes de production chez les autres gros exportateurs que sont l’Argentine, le Brésil et le Paraguay, bref, « un proche copier-coller » du rapport du mois d’octobre, conclut Gautier Le Molgat, peu susceptible de faire bouger les marchés.

H.P. avec l’AFP
Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Blé et maïs à la baisse, dans le sillage des valeurs financières

La Banque centrale américaine s’est dite favorable à un durcissement de la politique monétaire, annonce qui a nettement fait baisser les cours des céréales le mercredi 18 mai 2022.