La production agricole australienne de l’hiver austral se présente bien, d’après les dernières prévisions d’Abares, l’organisme de recherche du ministère de l’Agriculture australien. En dépit d’un net recul (–15 %) par rapport à l’année dernière, au cours de laquelle un quasi record historique avait été atteint, la production globale attendue cet hiver (46,8 millions de tonnes) devrait être de 13 % supérieure à la moyenne des dix dernières années.

Cela à la faveur d’importantes précipitations au cours des derniers mois — qui se sont même traduites par des inondations dans certaines régions — et qui devraient rester au-dessus des moyennes de saison entre juin et août, selon les prévisions du Bureau de météorologie.

Invasion de souris dans les champs

L’invasion de souris, qui frappe actuellement une bonne partie de la côte orientale, ne devrait pas avoir de répercussions trop lourdes sur la production au niveau national. Elle risque en revanche d’affecter la rentabilité des exploitations concernées, leurs dépenses en raticides ayant fortement augmenté ces derniers mois.

La saison estivale 2020-2021 a confirmé que la sécheresse, qui frappait une bonne partie de l’Australie depuis une décennie, n’était plus d’actualité pour le moment. La production agricole s’est établie au cours de cette période à 3,4 millions de tonnes, soit plus du triple de celle de l’été précédent.

Le point pour quatre cultures

Tour d’horizon de l’hiver austral en quatre points, culture par culture :

  1. Blé : toujours supérieur à la moyenne

    La surface plantée pour le blé devrait rester presque assez identique (+1 %, 13,1 millions d’hectares). Mais la production de cette céréale devrait chuter de 17 %. Elle reste toutefois à un niveau supérieur de 15 % à la moyenne des dix dernières années.

  2. Orge : sous l’influence des droits de douane

    La surface plantée en orge devrait reculer de 4 %, à 4,2 millions d’hectares. Cette céréale est soumise depuis mai 2020 à des droits de douane de 80,5 % imposés par la Chine, son premier acheteur à l’international. La production d’orge devrait chuter de 21 %, à 10,4 millions de tonnes.

  3. Oléagineux : le rebond du canola

    Les surfaces affectées au canola devraient bondir de 25 % à près de 3 millions d’hectares. La production de cet oléagineux devrait progresser de 4 % en un an (4,2 millions de tonnes), tirée par la hausse des prix au niveau mondial et d’excellentes conditions d’ensemencement en Australie-Occidentale et en Nouvelles-Galles-du-Sud.

  4. Protéagineux :

    Pour les mêmes raisons, la surface consacrée aux pois chiches devrait s’accroître de 20 % (607 000 hectares).

D’après l’AFP
Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Le blé et le maïs plombés par de bonnes perspectives de récolte

Les prix du blé et du maïs étaient à nouveau en baisse ce lundi 14 juin 2021 à la mi-journée, en raison notamment de pluies non prévues sur les plaines canadiennes et dans les États américains du Dakota ainsi que des attentes de récoltes de céréales en hausse.
Votre analyse quotidienne du marché - Oléagineux

Le colza en fort recul sur Euronext

Lundi, le 14 juin 2021, en fin d’après-midi, les cours du colza chutaient sur Euronext, dans un contexte général de baisse des huiles.