« Est instaurée du 1er avril au 30 juin une restriction des exportations […] sur le blé, le seigle, l’orge et le maïs pour un volume de sept millions de tonnes », précise le décret du gouvernement russe daté du mardi 31 mars 2020, mais publié seulement jeudi, le 2 avril 2020, sur le portail officiel russe.

> À lire aussi : Marché des grains, le blé se tasse, l’orge décroche (03/04/2020)

En pleine pandémie de coronavirus

La FAO (Organisation des Nations unies pour l’agriculture et l’alimentation), l’OMC (Organisation mondiale du commerce) et l’OMS (Organisation mondiale de la santé) craignaient cette décision. Ces restrictions pendant la pandémie causée par le coronavirus risquent en effet de perturber les marchés mondiaux et de créer des pénuries alimentaires.

La Russie est le premier exportateur mondial de blé et l’un des principaux producteurs et exportateurs de céréales du monde. Le gouvernement russe avait indiqué à la mi-mars envisager de mettre en place des restrictions d’exportations sur certains produits alimentaires en raison de la pandémie de Covid-19, afin d’assurer la stabilité de son marché national.

AFP
Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Sur Euronext le blé soutenu par les incidents climatiques

Les prix du blé évoluaient en nette progression, jeudi 4 juin 2020 à la mi-journée, soutenus par le temps sec en France, malgré quelques orages, et d’autres inquiétudes climatiques.