Dimanche 27 mai, l’étiquetage des traitements phytosanitaires sur les fruits et légumes frais a été acté (article 11 septies A, amendement 2119) lors des débats concernant la loi agriculture et alimentation.

Générations Futures précise que l’information sur le nombre de traitements des fruits et légumes frais est une demande de longue date. « Nos associations demandent aussi que soit indiqué le nom des molécules utilisées », ajoute l’ONG, qui considère ce vote comme une avancée. L’étiquetage devrait être rendu obligatoire à partir de 2023 mais il faudra encore attendre le passage au Sénat.

Le glyphosate en question

Le rapporteur du projet de loi agriculture et alimentation, Jean-Baptiste Moreau (La République en marche), a par ailleurs assuré lundi sur LCP n’avoir « aucun doute » sur le respect du délai de sortie du glyphosate, fixé à trois ans par Emmanuel Macron. « On se tiendra à cet engagement, il n’y a aucun doute là-dessus », affirme le député de la Creuse, vantant « un engagement fort du président de la République, qui n’a pas l’habitude de ne pas faire ce qu’il dit ».

À 16 heures ce lundi 28 mai, les débats ont repris à l’Assemblée nationale à ce sujet notamment. Des amendements demandant l’interdiction des produits contenant du glyphosate seront débattus.

Avec l’AFP