« La campagne de 2020-2021 de l’endive débute en septembre 2020 avec des prix anormalement élevés. » C’est ce qu’indique Agreste dans une note de conjoncture. Les prix sont en effet en hausse de 24 % en glissement annuel et de 30 % par rapport à la moyenne quinquennale. La demande pour ce mois est présente.

Le service de la statistique du ministère de l’Agriculture l’explique par un contexte de commercialisation « perturbé dans la continuité de la campagne précédente ». En effet, en septembre dernier, la demande était présente mais l’offre était déficitaire.

Des superficies en hausse de 2 % sur un an

Du côté de la production, « les superficies implantées en racines d’endive (8 730 ha) pour la campagne de production de 2020-2021 progresseraient de 2 % sur un an », signale Agreste en se basant sur « les estimations précoces, au 1er octobre 2020 ». Le service du ministère de l’Agriculture précise que la production de racines pour la campagne en cours est estimée à 257 400 tonnes, soit une augmentation de 3 % en glissement annuel, mais une baisse de 4 % par rapport à la moyenne quinquennale.

« Après avoir subi des pertes l’année passée en raison de la sécheresse puis des intempéries, le bassin Nord, principal producteur, verrait une progression de son volume de racines », précise Agreste.

Une production de chicons en hausse de 9 % sur un an

Les cultures semées en avril affichent un état satisfaisant tandis que celles semées en mai sont « plus hétérogènes, à la suite de difficultés de levée, notamment en raison d’une sécheresse des sols ».

Pour les variétés précoces les premiers arrachages « présentent de bons calibres ». Agreste estime que la production de chicons d’endive récoltée entre septembre 2020 et août 2021, serait de 153 900 tonnes, soit une hausse de 9 % par rapport à la campagne précédente.

Marie-Astrid Batut