Lors de l’exercice 2010-2020 clos le 30 juin 2020, le résultat net du groupe agroalimentaire Bonduelle s’est établi à 54,6 millions d’euros, contre 72,6 millions un an plus tôt, soit une baisse de 24,8 %. Ces résultats sont « inférieurs aux objectifs initiaux », mais « préservés en dépit d’une crise sanitaire sans précédent, ayant impacté de manière contrastée selon les technologies et les canaux de distribution, l’activité du groupe au second semestre », commente Bonduelle dans un communiqué diffusé ce 28 septembre 2020.

À lire aussi : Phytos, Bonduelle lance son maïs sans résidu (29/01/2020)

Repli du chiffre d’affaires durant le confinement

Au début d’août, le spécialiste des légumes en conserve, en sachet et surgelés avait fait état d’un chiffre d’affaires en hausse de 2,8 % sur l’année, à 2,85 milliards d’euros (+1,4 % à change et périmètre constants). Le dernier trimestre était toutefois en repli en raison du confinement qui a mis à l’arrêt les restaurants et vidé les cantines.

Le frais à la peine, hausse du secteur des conserves

Le secteur des légumes frais est celui qui est le plus impacté par la crise du coronavirus, avec une chute de 4,3 % du chiffre d’affaires en 2019-2020 comparé à l’exercice précédent. À l’inverse, le chiffre d’affaires du secteur des légumes surgelés progresse de 4,1 %, celui des légumes en conserve de 9,6 %.

« Il y a eu de fortes tensions pour les légumes en conserve, a reconnu Guillaume Debrosse, directeur général de Bonduelle, lors d’une conférence de presse en ligne, le 28 septembre 2020. Il y a eu des ruptures sur certaines références en maïs et en pois pour lequel la campagne de 2018-2019 n’a pas été terrible. »

En termes d’activités, c’est la restauration hors foyer (RHF) qui a subi les plus lourdes pertes, avec une baisse du chiffre d’affaires de 9,8 % sur un an. Cette activité est « toujours sinistrée », note Bonduelle, même si « une reprise lente, mais progressive, est néanmoins constatée en toute fin de période ».

Impact de 7 à 10 millions d’euros

Bonduelle estime « entre 7 et 10 millions d’euros » l’impact de la pandémie sur sa rentabilité, en comptant « les surcoûts engendrés par les mesures de protection des collaborateurs […] entraînant des baisses de productivité, les pertes liées au respect des engagements agricoles, en particulier dans le frais, les primes d’engagement versées au personnel en usine partiellement compensées par des économies (frais de déplacement, marketing notamment) ».

L’impact sur le chiffre d’affaires se monte à 5 millions d’euros. « La crise sanitaire a impacté l’exercice fiscal de Bonduelle mais la santé financière de l’entreprise n’est pas remise en cause », a assuré Guillaume Debrosse.

Mauvaise campagne en petit pois

Pour 2020-2021, « sur la base d’une absence de dégradation de la situation sanitaire et d’une reprise progressive de l’activité de restauration hors foyer », le groupe se fixe des objectifs « sensiblement équivalents » aux performances de l’exercice précédent, soit une hausse du chiffre d’affaires de 1,4 % à change et périmètre constants, et un taux de marge opérationnelle courante de 3,8 %. « Nous avons réalisé une mauvaise campagne en petits-pois du fait de la sécheresse dans différents pays, ce qui va impacter nos résultats l’an prochain », a précisé le directeur général.

Isabelle Escoffier, avec l’AFP