Dans un communiqué de presse datant du 13 septembre 2021, la Coordination rurale a salué les propos d’Emmanuel Macron concernant les clauses miroirs (1), dans le cadre du congrès de l’union internationale pour la conservation de la nature qui s’est tenu à Marseille du 3 au 11 septembre 2021.

Néanmoins, le syndicat appelle le gouvernement à « agir dès maintenant, à l’échelle française, pour protéger ses agriculteurs ». Il demande ainsi la mise en place de « clauses de sauvegarde pour chaque produit phytosanitaire ou mode d’application interdit en Europe tant pour les productions agricoles en provenance des pays tiers que pour les intra-européennes ».

À lire aussi : Denormandie prêt à se battre pour les clauses miroirs (03/09/21)

Des contrôles douaniers plus stricts

Pour la Coordination rurale, des solutions existent déjà, à l’image des dispositions prises en 2016 pour le diméthoate sur cerises.

« Les clauses de sauvegarde et clauses miroirs ne seront efficaces qu’à condition d’être véritablement respectées, appelle l’organisation. Pour s’assurer de leur application, la Coordination rurale demande également un renforcement, un meilleur ciblage et une transparence totale sur les contrôles douaniers effectués sur les denrées alimentaires importées en France et en Europe », ajoute-t-elle.

À lire aussi : Julien Denormandie en campagne à Innov-Agri (09/09/21)

Charlotte Salmon

(1) Mesures instaurées par l’article 44 de la loi Egalim, interdisant l’importation de denrées alimentaires ou produits agricoles pour lesquels il a été fait usage de produits phytopharmaceutiques ou vétérinaires ou d’aliments pour animaux non autorisés par la réglementation européenne.