La récolte de poires en 2017 devrait se situer 2 % en dessous de celle de 2016, indique une conjoncture Agreste du ministère de l’agriculture, publiée le 14 septembre. Selon les estimations au 1er septembre, la baisse serait de 4 % par rapport à la moyenne quinquennale. Au niveau européen, la récolte devrait reculer de 1 % sur un an. « La production européenne de la plupart des variétés cultivées en France diminuerait sur un an : william’s (–6 %), doyenné du Comice (–36 %), conférence (–7 %) et passe-crassane (–12 %) », précise Agreste.

Hausse de la production de guyots

En Provence-Alpes-Côte d’Azur, principale région productrice de poires, les rendements en guyot seraient en hausse de 16 %. La william’s a, elle, souffert du gel et de la sécheresse et devrait voir sa production diminuer de 6 %. Dans la vallée du Rhône, cette variété a été touchée par la grêle en plus du froid au printemps et des fortes chaleurs en été. Les Pays de Loire et le Centre-Val de Loire ont également subi le gel. Dans le Languedoc et le Roussillon, la récolte devrait être en hausse.

Les prix se tiennent

Les cours sont soutenus sur le début de la campagne. Ils s’établissent à 10 % au-dessus de la moyenne quinquennale. « Après un début lent, les mises en avant du produit en GMS permettent la régularité de l’écoulement de la guyot », explique le ministère.