Dans un bulletin d’infos rapides diffusé ce lundi 8 août 2016, Agreste, le service statistique du ministère de l’Agriculture, estime la production annuelle française de pêches, nectarines, brugnons et pavies à 205 000 tonnes.

Sous l’influence des conditions météorologiques

En Languedoc-Roussillon, « les rendements devraient être plus importants que ceux de 2015, particulièrement faibles. La production continue de progresser en juillet même si une baisse des apports en pêches et nectarines jaunes commence à s’observer », note Agreste.

En Paca, la production est revue légèrement à la baisse : les fruits sont plus petits que prévus. « L’état sanitaire du verger est bien préservé. Les conditions climatiques hivernales et printanières ont réduit la charge en fruits. La récolte serait inférieure à la campagne 2015, notamment en raison d’une baisse de surface. »

En Rhône-Alpes, la récolte se poursuit avec un pic de production atteint les derniers jours de juillet. « Un soleil généreux et de fortes chaleurs ont permis le grossissement, la hausse de la coloration et du taux de sucre des fruits. Pour les secteurs touchés par les intempéries, les pertes sont confirmées […]. » Le potentiel de récolte serait inférieur de 20 % à l’an dernier.

Un marché très actif en juillet

« Le marché est très actif, surtout depuis le pont du 14 juillet, observe Agreste. Les cours sont fermes : + 4 % sur un an et + 14 % par rapport à la moyenne 2011-2015, notamment en nectarine. Les ventes restent fluides, portées par un climat chaud conduisant à la baisse des stocks. »

En juin, le marché s’est montré « peu actif » à cause des températures fraîches « défavorables à la consommation. Les opérateurs étaient encore positionnés sur le produit espagnol en début de mois, puis ont basculé sur l’origine France en toute fin de mois. »

E.R.