Mercredi 20 mai 2020, le réseau des nouvelles des marchés (RNM) de FranceAgriMer a déclaré les tomates petits fruits en situation de « crise conjoncturelle ». Celle-ci intervient lors d’une situation de prix à l’expédition « anormalement bas pendant 2 ou 5 jours ouvrés consécutifs » selon le produit — 5 jours ici. Dans ce cadre, des dispositions de modération des marges de distribution sont prévues, au plus tard dans les trois jours ouvrés.

Concurrence étrangère

Le RNM indiquait dans son dernier bilan de campagne qu’en septembre 2019, les tomates petits fruits cumulaient pour la première fois cinq jours de crise conjoncturelle. « Ils évoluent dans un contexte très concurrentiel et proposent des niveaux de prix pour certains segments nettement supérieurs aux origines hors France », précisait le RMN. Il citait en exemple des tomates cerises rondes françaises en barquettes à 10,63 €/kg en moyenne contre 4,14 €/kg pour le « hors France ». L’écart est moins marqué pour les tomates cocktails grappes (5,77 €/kg contre 5,13 €/kg).

10 jours de crise pour l’asperge

Il y a quelques semaines, c’étaient les asperges (le 20 mars 2020), les fraises gariguettes et les fraises rondes (23 mars 2020) qui avaient été déclarées en crise conjoncturelle par le RMN. Cette situation avait perduré entre six et dix jours, en fonction des produits.

Ces éléments sont mis en oeuvre dans le cadre de l’application des accords de modération des marges de distribution de fruits et légumes, appliqués depuis mai 2011.

> À lire aussi : Fruits et légumes : Les filières de la fraise et de l’asperge en difficulté (23/03/2020)

H.P.