Selon le salon international d’affaires de la filière des fruits et légumes de l’Euroméditerranée (Medfel), la production européenne d’abricots en 2017 dépasserait de 17 % celle de 2016. « Les principaux pays producteurs renoueraient avec un niveau de production élevé, après un repli marqué en 2016 consécutif à des conditions climatiques défavorables lors de la floraison », précise le ministère de l’Agriculture dans une note de conjoncture Agreste parue le 27 octobre 2017.

La conjonction d’une offre européenne importante, et d’un chevauchement entre les productions espagnoles, tardives, et françaises, précoces, conduit à une chute des prix de l’abricot français.

Car la récolte bondirait de 39 % sur un an. Les prix à la production sont inférieurs de 37 % à ceux de 2016.

Bonne récolte en pêches

A contrario, malgré une récolte européenne en hausse de 12 % par rapport à 2016 et des importations espagnoles substantielles, les cours de la pêche et de la nectarine françaises se maintiennent. Alors que les superficies tendent à se réduire, la production française des vergers de pêches augmenterait de 4 % sur un an. « Avec des cours moyens en baisse de 6 % sur un an, la commercialisation de la pêche française (de mai à septembre) est plus fluide que celle de l’abricot, note le ministère.

Les cours de la cerise se situent dans la moyenne de 2012 à 2016 mais se dégradent nettement sur un an. La récolte française, démarrée précocement à la fin d’avril, est estimée en hausse de 6 % par rapport à 2016. Rappelons que la précédente campagne était l’une des plus faibles des dix dernières années. De mai à juillet, les prix à la production sont en retrait de 16 % par rapport à ceux de la campagne précédente. Les cours sont plus soutenus en début qu’en fin de campagne.