D’après les prévisions du Medfel (1), qui s’est tenu à Perpignan les 24, 25 et 26 avril, les surfaces en melon progressent légèrement en Espagne en 2019, avec 5 050 ha cultivés, et fléchissent au Maroc, avec 1 500 ha, ainsi qu’en France, avec 12 450 ha. Au Maroc, la production reste centrée sur le créneau précoce en avril et mai. En Espagne, la production progresse sur la période de la fin de mai et de juin. Cette année, les premiers melons français devraient arriver au début de mai pour les abris chauffés, à la mi-mai pour les abris froids et à la fin de mai ou au début de juin pour les cultures sous chenilles. Les volumes dépendront des conditions climatiques de mai.

Abricot en hausse de 12 %

En abricot, la production européenne devrait progresser de 12 % par rapport à 2018, avec 630 000 t annoncées. Après une année 2018 marquée par le gel, la France et l’Italie retrouvent leur potentiel. En Espagne par contre, le froid a fait des dégâts sur les variétés précoces. En France, les conditions ont été favorables à la pollinisation et à la nouaison. La récolte, en progression de 43 % avec 158 000 t annoncées, serait de 88 200 t dans le Rhône-Alpes, 46 000 t dans le Languedoc-Roussillon et 23 600 t dans la Région Paca.

Les premiers abricots devraient arriver à la mi-mai. Le défi sera d’assurer une qualité plus homogène qu’en 2018, ainsi qu’un meilleur basculement dans les rayons de l’origine Espagne vers l’origine France, afin de démarrer avec des cours plus élevés. « Après deux années difficiles sur le plan économique, les producteurs ont besoin de retrouver une rentabilité », note Bruno Darnaud, président de l’AOP Pêches et abricots de France.

210 000 t de pêches et nectarines

En pêches et nectarines, il est trop tôt pour évaluer les récoltes en Espagne, en Italie et en Grèce. En France, les arbres sont bien chargés. La production devrait atteindre 210 000 t, progressant de 17 % par rapport à 2018. Après plusieurs années avec des résultats économiques corrects, l’érosion des surfaces semble enrayée. Les plantations reprennent, avec un taux de renouvellement qui atteint 8 %. « Poursuivons sur cette dynamique, et fixons-nous l’objectif de remonter à 300 000 t. Nous avons de l’eau, des terroirs exceptionnels, un savoir-faire et des jeunes qui arrivent sur nos exploitations, c’est le moment ! », lance Patrice Vulpian, de l’OP Vergers Alpilles Lubéron, qui produit des pêches et nectarines en Crau.

Frédérique Ehrhard

(1) Medfel : Rendez-vous d’affaires international de la filière des fruits et légumes.