Philippe Godefroy, exploitant au Pin (Calvados), fait partie des premiers agriculteurs à avoir renouvelé son Certiphyto par le nouveau module de formation à distance créé à cet usage par Vivea, le fonds de formation des exploitants agricoles non salariés. Élaboré avec l’école AgroSup Dijon, spécialiste de la formation à distance, ce module ajoute une nouvelle voie d’accès au renouvellement des Certiphytos, dont les premiers arrivent à échéance.

Le module s’active grâce à une demande en ligne validée par Vivea, après avoir effectué quatorze heures de formation labellisées Certiphyto durant les trois ans qui précèdent l’échéance. Le catalogue de Vivea compte 1 300 formations labellisées Certiphyto. Vivea envoie alors par mail un accès réservé à une plateforme de formation accessible durant un mois.

Le chef de ce projet, Guy Vernerey, évalue à deux heures complètes le temps nécessaire pour suivre ce module. La journée habituelle de renouvellement, toujours disponible, peut être remplacée par cette formation à distance.

Un usage équivalent à la journée de formation

La formation est organisée en trois parties : la compréhension de la législation, les règles de sécurité et les bonnes pratiques de traitement. Les messages pédagogiques prennent plusieurs formes : du texte et des liens, des vidéos, des animations, des exercices, etc. À la fin de chaque partie, un quiz de dix questions permet de vérifier l’acquisition des connaissances. « J’ai passé le questionnaire plusieurs fois avant d’atteindre les 100 % de bonnes réponses », se souvient Philippe Godefroy.

Essentiellement centré sur la réglementation, ce module à distance permet aux formateurs d’actualiser les messages assez rapidement après les changements de la législation. À l’issue du suivi du module, Vivea envoie une attestation de formation utilisable sur servicepublic.fr pour demander le renouvellement de formation. Depuis son ouverture, assez discrète, en novembre 2019, 120 agriculteurs ont déjà renouvelé leur Certiphyto de cette manière.

> À lire aussi : Certiphyto : à valider de nouveau (25/09/19)

Éric Young