Dans un communiqué, le tribunal administratif fédéral suisse explique avoir ordonné que des informations sur le chlorothalonil, que Syngenta estime fausses, soient temporairement retirées d’un site internet du gouvernement, en attendant une réévaluation la dangerosité du produit.

Syngenta avait porté plainte contre l’Office fédéral suisse de la sécurité alimentaire et vétérinaire (FSVO) pour avoir classé le chlorothalonil (fongicide multisites employé sur céréales et légumes) parmi les cancérogènes probables.

Classement incorrect selon Syngenta

Syngenta, qui commercialise le chlorothalonil sous la marque Bravo, a estimé que ce classement, basé sur une évaluation des risques effectuée par l’Autorité européenne de sécurité des aliments en 2018, était incorrect.

Sa plainte initiale a été rejetée, mais Syngenta a fait appel devant le tribunal administratif fédéral suisse, estimant que la FSVO diffusait de fausses informations qui nuisaient à ses activités.

Interdiction de vente

Le tribunal a déclaré « approuver temporairement la demande de mesures de précaution du plaignant, [et] ordonner à la FSVO de supprimer temporairement ce contenu de son site Web ».

Il a ajouté que « l’exactitude des informations contestées » serait examinée dans une affaire distincte, dans laquelle Syngenta a fait appel d’une décision prise en décembre 2019 par le département suisse de l’agriculture d’interdire à Syngenta de vendre des produits contenant du chlorothalonil.

Pour rappel, en mars 2019, les États membres ont voté la non-réapprobation du chlorothalonil. En France, la commercialisation des spécialités concernées s’est arrêtée au 20 février 2020 et leur emploi est interdit depuis le 20 mai 2020.

À lire aussi : Phytos Le chlorothalonil passe à la trappe (26/03/2020)

Isabelle Escoffier, avec l’AFP