À la fin de juin 2021, les stocks de pommes étaient en retrait de 38 % par rapport au niveau de 2020 à la même époque, mais proches de la moyenne allant de 2016 à 2020.

Cette baisse s’inscrit dans un contexte de récoltes en repli en France : –13 % sur un an et –12 % comparativement à la moyenne quinquennale, chiffre d’Agreste, le service de la statistique du ministère de l’Agriculture, dans une note parue le 2 août 2021.

© Agreste

Selon Wapa, l’association mondiale de la pomme et de la poire, au 1er juin 2021 les stocks de pommes européens étaient eux aussi en recul, de 19 % sur un an, et de 2 % par rapport à la moyenne de 2016 à 2020.

Sur les onze mois de la campagne, qui s’étalent d’août 2020 à juin 2021, les cours moyens sont soutenus, sous l’effet de la diminution de la production française.

Les exportations diminuent

D’août 2020 à mai 2021, les volumes français exportés au sein de l’Union européenne diminuent sur un an et par rapport au niveau moyen 2015-2019. La demande a toutefois été bien orientée vers l’Allemagne ou le Benelux.

La première partie de campagne a été dynamique à l’inverse de la seconde partie, où les flux ont ralenti vers l’Europe, les faibles volumes étant réservés au marché intérieur.

Les volumes exportés fléchissent vers les pays tiers, impactés par le boycott des pommes françaises au Moyen-Orient. Ils restent inférieurs d’un tiers à leur niveau moyen sur cinq ans.

Raphaëlle Borget