Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

« Une vraie dynamique sur le sorgho »

réservé aux abonnés

Filière - « Une vraie dynamique sur le sorgho »
Julie Toussaint, directrice de Semences de Provence, et Jean-Luc Verdier, d’Arvalis. © F. Melix/GFA

Jeudi 15 novembre 2018, Semences de Provence, avec l’appui d’Arvalis, a fait le point sur cette céréale et les projets en faveur de son développement.

Semences de Provence termine l’exercice au mois de juin 2018 avec un chiffre d’affaires de 7,8 millions d’euros, contre 7,5 en 2017. 65 % de ce chiffre d’affaires provient de l’activité sorgho, 13 % du riz, 13 % des fourragères, 5 % des couverts végétaux et enherbement et 4 % du pois chiche.

Nouveau club

2019 verra également le lancement du club « Les ambassadeurs du sorgho » qui regroupe les agriculteurs et distributeurs des lauréats des trophées du sorgho des quatre dernières années. « Ce club devrait permettre d’améliorer la maîtrise de la culture du sorgho mais aussi d’étudier des perspectives pour mieux cibler la sélection ou remonter les freins au développement du sorgho… », explique Julie Toussaint, directrice de Semences de Provence.

Pour ce faire, une parcelle de chaque agriculteur du club sera suivie agronomiquement et économiquement, des analyses de sol, d’ensilage, de grain… seront effectuées et les nouvelles variétés y seront testées en grandeur nature.

Quatre nouvelles variétés, deux en sorgho grain et deux en sorgho ensilage, sont également attendues pour le printemps 2019.

Au niveau européen, le deuxième congrès du sorgho a été l’occasion de créer un groupe de chercheurs des différents pays afin de dynamiser la sélection. Ce congrès européen, qui a eu lieu à Milan les 7 et 8 novembre 2018, a rassemblé 180 participants de 23 nationalités différentes, issus des activités de sélection, de l’agronomie et de valorisation du sorgho.

Envol des surfaces dans le Centre-Ouest

En France, selon les derniers chiffres du ministère de l’Agriculture portant sur le grain et l’ensilage, les rendements sont en légère baisse par rapport à 2017 à cause de la sécheresse estivale, avec 55 q/ha (contre 57 q/ha en 2017). Les surfaces sont en légère hausse par rapport à 2017 au niveau national avec 60 000 ha, mais des disparités apparaissent en région.

« En Occitanie, les surfaces baissent notamment à cause de la concurrence avec les maïs dry, explique Jean-Luc Verdier, d’Arvalis. En revanche, dans le Centre-Val de Loire et en Nouvelle-Aquitaine, les surfaces augmentent fortement pour plusieurs raisons : besoin de diversification des assolements mais aussi, avec la sécheresse, besoin de sécuriser l’ensilage en semant du sorgho comme complément au maïs. »

Florence Mélix

Un peu plus d'informations sur le sujet

Un nouveau programme de sélection en légumes sec (pois chiche, lentille, haricot tarbais) est lancé par Semences de Provence « afin de répondre à la forte demande sociétale envers les protéines végétales et l’alimentation sans gluten notamment », explique Julie Toussaint, directrice de Semences de Provence. La première pépinière de pois chiche et de haricot tarbais sera semée au printemps de 2019.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités


Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !