Dans une note de conjoncture, Agreste indique que les prix de la carotte pour la campagne primeur de 2019-2020 ont été « soutenus par le marché à l’exportation ». Ils sont donc supérieurs à ceux de la moyenne quinquennale.

Jusqu’en février 2020, les prix de la carotte primeur puis de saison sont ainsi restés inférieurs à ceux de la campagne précédente. Agreste l’explique par un commerce ralenti en raison de « difficultés d’arrachages liées aux excès de précipitations depuis l’automne ».

Le confinement fait grimper les prix

Dès l’annonce, le 16 mars 2020, de la mise en place du confinement, le rythme s’est accéléré pour les carottes. Elles ont en effet bénéficié « des faveurs des consommateurs en quête de produits pouvant se conserver plusieurs jours ».

Ainsi en GMS (grandes et moyennes surfaces), la demande a explosé. De plus, « le manque de personnel à plusieurs niveaux » a entraîné des « difficultés d’approvisionnement ». La présence de carotte d’origine EU a donc été favorisée car les volumes demandés étaient « trop importants pour être honorés en totalité ».

La hausse saisonnière des prix en fin de campagne a donc été amplifiée. Agreste précise qu’ils ont atteint « le niveau élevé de la campagne précédente et se situent 33 % au-dessus de la moyenne quinquennale ».

Les exportations progressent

Les estimations de la fin de la campagne de 2019-2020, établies au 1er avril 2020 pour les surfaces nationales implantées en carottes pour le marché du frais, sont de 7 879 ha. Elles sont donc stables par rapport à la campagne précédente, elles progresseraient de 2 % par rapport à la moyenne de 2014 à 2018.

D’après ces dernières estimations, la production de carottes pour le marché du frais (306 000 tonnes) a augmenté de 5 % sur un an, mais a reculé de 3 % par rapport à la moyenne de 2014 à 2018.

Les importations (125 260 tonnes), en cumulé, entre mai 2019 et février 2020, ont reculé de 0,5 % en glissement annuel. Dans le même temps, les exportations (70 780 tonnes) ont progressé de 13 %, le déficit commercial tendant ainsi à se réduire.

> À lire aussi : Fruits et légumes, création d’un observatoire des prix et des volumes (27/03/2020)

M.-A.B.