Dans un communiqué de presse en date du 15 juillet 2021, Afaïa, le syndicat professionnel des acteurs de la filière des supports de culture, paillages, amendements organiques, engrais organiques et organo-minéraux et biostimulants, appelle à la vigilance des agriculteurs, distributeurs et certificateurs concernant le choix des engrais organiques, notamment en agriculture biologique.

En effet, « l’arrivée sur le marché de fertilisants “organiques” qui annoncent des teneurs élevées en azote, et une origine végétale sans transformation chimique, nous conduisent à rappeler, notamment à la filière de l’agriculture biologique, quelques points de vigilance élémentaires vis-à-vis de ces revendications », estime le syndicat.

Vigilance sur la composition des engrais

Selon Afaïa, les points de vigilance doivent particulièrement se porter sur :

  • La teneur en azote : peu de matières premières d’origine végétale atteignent les 10 % d’azote. Des engrais organiques déclarés d’origine végétale avec plus de 10 % d’azote doivent donc retenir l’attention.
  • La teneur en azote ammoniacal : celle-ci est faible dans les engrais organiques et plus particulièrement dans ceux d’origines végétales (1 % au plus). Des teneurs élevées peuvent supposer un ajout d’azote de synthèse.
  • La teneur en soufre : pour les engrais organiques d’origine végétale, elle ne dépasse généralement pas les 1 %.

Par ailleurs, Afaïa travaille sur la reconnaissance officielle de méthodes d’analyse, « permettant de distinguer une origine synthétique d’une origine organique de l’azote ».

Charlotte Salmon