Le port des équipements de protection individuel (EPI) lors de la préparation ou l’utilisation de produits phytosanitaires est hétérogène en fonction du niveau de protection. Les pratiques n’ont pas évolué depuis l’an dernier explique un sondage de l’institut ADquation pour le magazine Agrodistribution de janvier.

Les gants de protection chimique sont les plus sollicités. 74 % des agriculteurs en portent toujours lors de travaux en présence de phytos et 15 % de temps en temps. Dans les exploitations de plus de 150 ha, ils sont 84 % à en mettre à chaque fois. La combinaison de travail classique est, elle aussi, largement utilisée. 65 % des exploitants en portent toujours une lorsqu’ils utilisent des produits phytos et 13 % la mettent de temps en temps.

© Agrodistribution

Un peu plus de la moitié des agriculteurs utilisent des masque antipoussière

Le masque antipoussière, les lunettes de protection et la combinaison ou tablier spécifique ont moins la cote. Ils sont utilisés « toujours » ou « de temps en temps » par respectivement 55 %, 50 % et 46 % des agriculteurs. Sur les exploitations de plus de 150 ha, les lunettes de protection sont plus répandues. 59 % des agriculteurs, ayant cette surface, disent en utiliser.

Seuls 16 % des exploitants utilisent à chaque fois un masque respiratoire à charbon actif. La combinaison déperlante spécifique agricole n’est mise que par 11 % des agriculteurs, dont 6 % qui ne la portent que de temps en temps.

Sondage réalisé au téléphone du 1er au 5 décembre auprès de 402 agriculteurs, ayant au moins 50 ha de SAU.