Depuis 15 ans, les maraîchers bretons de Savéol ont fait de la transition énergétique un de leurs défis. « L’énergie la plus propre est celle que l’on ne consomme pas, souligne Erwan Le Pemp, pilote du projet Savéol Énergie Nouvelle. En partant de ce principe, nous avons beaucoup travaillé, entre 2004 et 2014 pour faire des économies d’énergie. » La coopérative revendique ainsi une baisse de 40 % de consommation énergétique sur ces dix années.

Aujourd’hui, 18 % de l’énergie qu’elle consomme est renouvelable, issue de biomasse et de la récupération de chaleur. L’objectif est de 100 % en 2050. Depuis l’année dernière, une démarche a été lancée dans ce but. « On nous parle souvent de photovoltaïque, mais nous avons surtout des besoins en chaleur », précise Erwan Le Pemp.

« Toute idée est la bienvenue »

Savéol est ouverte aux propositions qui pourront l’aider à atteindre cet objectif. Parmi elles, une a retenu l’attention : travailler avec des méthaniseurs. L’objectif est de collaborer avec des installations en cogénération, existantes ou futures, à proximité des serres, dont la production de chaleur n’est pas toujours pleinement valorisée, en élevage bovin par exemple.

Le dioxyde de carbone produit par toutes les installations de méthanisation est également valorisable en production maraîchère. Dans l’atmosphère fermée d’une serre, le dioxyde de carbone est consommé pour la photosynthèse et sa faible concentration devient alors un facteur limitant la production.

Des producteurs de la coopérative travaillent déjà avec des méthaniseurs, en leur fournissant les résidus d’effeuillage de tomates. L’appel est lancé, « nous souhaitons tisser un réseau d’acteurs, et toute idée est la bienvenue pour aider notre démarche », invite Erwan Le Pemp.

Gildas Baron