« Les superficies implantées en racines d’endives s’établissent à 8 990 ha, note le ministère dans la note d’Infos rapides diffusée le 19 juin 2017. La production de racines sur la campagne de 2016-2017 est estimée à 237 000 tonnes, en baisse de 8 % par rapport à 2015-2016 et de 16 % par rapport à la moyenne des cinq dernières campagnes. »

La production chute de 7 %

Le ministère estime la production de chicons d’endives à 155 700 t sur la campagne de 2016-2017, soit 7 % de moins par rapport à la précédente et 13 % par rapport à 2011-2015. Le forçage des racines en début de campagne n’a pas abouti à de bons rendements. « La tendance s’accentue en fin de campagne avec un ajustement de l’offre à la baisse destiné à freiner la chute des cours. »

Sur le plan commercial, la météo estivale en septembre n’a pas été très favorable à la consommation d’endives, ce qui a tiré les prix vers le bas. « Par la suite, le forçage des anciennes racines, dans l’attente de la nouvelle récolte, n’a pas donné lieu à des rendements satisfaisants. En conséquence, le manque d’offre a provoqué l’envolée des cours en octobre et en novembre. »

Offre tendue

Les cours ont replongé à partir de décembre en demeurant au-dessus de la moyenne de 2011 à 2015. En janvier, ils se sont maintenus puis ont affiché « un regain de fermeté en février. Les températures hivernales de janvier et de février ont favorisé la consommation, dans un contexte d’offre tendue. Par ailleurs, au cours de cette période, l’endive a moins pâti de la concurrence des salades. »

Le retour de températures douces en fin de saison hivernale a entraîné un repli « très marqué » des cours en mars, repli qui s’accentue en avril. La production apparaît trop importante au regard d’une demande beaucoup moins dynamique et qui commence à se tourner vers des produits de saison. En mai, les producteurs procèdent à un ajustement de l’offre.