Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

La clémentine de Corse dit merci aux saisonniers marocains

Employeurs - La clémentine de Corse dit merci aux saisonniers marocains
Les producteurs estiment que la possibilité d’employer des saisonniers marocains a sauvé leur récolte de 2020. © Aprodec

Fruit d’un protocole sanitaire et diplomatique exceptionnel, la venue des huit cents saisonniers marocains habituels a sauvé la récolte des clémentines de Corse aux yeux des producteurs.

« Ils ont permis la récolte. Sans eux, on n’aurait pas pu rentrer 40 % des fruits, ça aurait été catastrophique », estime François-Xavier Ceccoli, producteur et président du groupement Corsica comptoir, qui réunit 70 producteurs.

Un protocole sanitaire et diplomatique « exceptionnel » a été mis en place entre la France et le Maroc, à la demande des producteurs corses, pour organiser la venue en octobre de ces 829 saisonniers, avec des tests Covid au départ du Maroc et à l’arrivée en Corse. « Globalement, tout s’est très bien passé. Les 90 exploitations qui attendaient ces travailleurs spécialisés ont pu ainsi mener à bien la récolte », s’est également félicité François Ravier, le préfet de la Haute-Corse, précisant qu’une dizaine seulement de ces saisonniers ont été testés positifs et immédiatement isolés.

Un première recherche en France

Pour faire taire les mauvaises langues, François-Xavier Ceccoli a tenu à rappeler « qu’avant de faire appel à cette main-d’œuvre étrangère » des annonces avaient été déposées à Pôle Emploi : et c’est parce que celles-ci n’ont pas été pourvues « que nous avons pu recruter des étrangers ». « Les Marocains que nous accueillons viennent en Corse depuis des années. Ils sont formés à ces techniques. Nous les connaissons tous. Ils reviennent tous les ans, pour la plupart sur les mêmes exploitations », a-t-il fait valoir.

> À lire aussi : Wizifarm veut faciliter l’embauche des titulaires du RSA (07/11/2020)

Payés au Smic (1 219 euros net par mois), avec souvent des heures supplémentaires majorées, pour des semaines de récolte dépassant régulièrement les 35 heures, « ils sont logés et leur voyage aller-retour est pris en charge » par l’exploitation, précise François-Xavier Ceccoli. Au Maroc, le salaire minimum agricole garanti est de moins de 200 euros par mois.

Un savoir-faire précis

Mais la cueillette de la clémentine demande de la précision. Il faut travailler à la main, sur l’arbre, avec gants et sécateur, pour conserver quelques feuilles attachées à chaque fruit, marque de reconnaissance des clémentines insulaires. Mais, plus important encore, ces saisonniers maîtrisent la taille des clémentiniers, qui a lieu à la fin de décembre et au début de janvier. « Trop taillés, on n’a pas de récolte, pas assez taillés, on a trop de fruits et trop petits. C’est un vrai travail, et comme il n’y a pas d’agrumes en France, à l’exception de la Corse, il n’y a pas de tradition de taille comme pour la vigne par exemple », souligne le producteur.

Les effets du Covid

« Cette année, les arbres sont chargés, donc le calibre est plus petit, ce qui est un peu plus compliqué à vendre, et le marché tire moins, il y a un effet Covid, on est sur une diminution d’environ 20 % des ventes par rapport à un marché normal », détaille-t-il.

Si la récolte corse « varie entre 20 000 et 30 000 tonnes selon les années, là on est plutôt autour de 27 000-28 000 tonnes, alors que l’année dernière on était plutôt à 20 000 », précise François-Xavier Ceccoli. Une niche cependant, face à un marché français de la clémentine qui « représente un peu moins de 200 000 tonnes ». La grande majorité des ventes reste donc aux Espagnols et un peu au Maroc. L’Espagne, plus gros producteur européen, produit 1,3 à 1,4 million de clémentines selon les années, selon le producteur corse.

Si le manque à gagner est réel cette année pour la clémentine insulaire, coronavirus oblige, il reste encore « 4 à 5 semaines » de récolte, souligne Simon-Pierre Fazi, président de l’AOP fruits de Corse, qui compte 160 producteurs de clémentines. De quoi espérer un regain des ventes à l’approche des fêtes.


AFP
La France Agricole Employeur

Actualités, témoignages d’agriculteurs employeurs, avis d’experts, fiches pratiques, annonces d’emploi, CV-thèque, réponses à vos questions d’employeurs, cas concrets, agenda…

Vous employez un ou plusieurs salariés agricoles ? Le thème de l’emploi vous intéresse ? N’hésitez pas à vous inscrire pour recevoir la newsletter mensuelle « La France Agricole Employeur » totalement dédiée à l’emploi agricole.

Rendez-vous sur : newsletter mensuelle « La France Agricole Employeur »

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités


Hors Série - Eau et Irrigation - réponses à ceux qui veulent couper les vannes

Dans la même rubrique

Nos dernières vidéos

Sélectionné pour vous

Les polluants dans le sol

49€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Productivité de l'herbe

49€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Dynamique des herbages

49€

Disponible

AJOUTER AU PANIER