« Il paraît que le choucas ne mange pas de graine », s’étonne Sylvain Piet, agriculteur et responsable du dossier sur les dégâts de gibier à la FDSEA du Maine-et-Loire. C’est, selon lui, un des arguments avancés par le juge du tribunal administratif de Nantes pour justifier la suspension d’un arrêté sur la régulation des choucas.
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
21%

Vous avez parcouru 21% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !