Selon les estimations du ministère de l’agriculture publié le 10 juin 2021, au 1er juin, la production annuelle de pêches, nectarines, brugnons et pavies, est estimée à 105 000 tonnes. Elle reculerait encore par rapport à la faible production de 2020. Il s’agirait de la production la plus basse depuis au moins 46 ans et du rendement le plus faible depuis 44 ans.

À lire aussi : La production d’abricots s’annonce « historiquement basse » (10/06/21)

Les gelées ont touché toutes les régions productrices et plus particulièrement la vallée du Rhône. Les nectarines seraient davantage touchées que les pêches. Néanmoins, les chutes de fruits ont été moins importantes que prévu dans les vergers du littoral méditerranéen ou du Sud-Ouest. Le niveau de production pourrait être revu à la hausse lors des prochaines prévisions.

À lire aussi : Des avances d’aides pour des agriculteurs victimes du gel (07/06/21)

Nos voisins sont aussi touchés

La France n’est pas la seule à avoir subi ce gel. Il a frappé les principaux pays européens producteurs de pêches. La production européenne de 2021 serait la plus faible depuis au moins 30 ans. La récolte de l’Italie, pour la deuxième année, sera très réduite, 45 % de moins que la moyenne quinquennale. La Grèce table sur une demi-récolte. L’Espagne prévoit une baisse d’un quart comparée à la moyenne.

À lire aussi : Le gel a plombé la production de fraises (27/05/2021)

R.H.