Alors que la saison des sapins est sur le point de démarrer, l’Association française du sapin de Noël naturel (AFSNN) se demande, dans un communiqué daté du 4 novembre 2020, si les Français seront en mesure de se procurer des sapins de Noël naturels pour les fêtes de la fin de l’année 2020. « Novembre est le mois de la coupe des sapins. Les commandes s’anticipent, se préparent afin que les arbres puissent être acheminés vers les différents points de vente », précise le communiqué.

Déjà des annulations de commandes

Dans un courrier adressé au Premier ministre, au ministre de l’Économie et au ministre de l’Agriculture, Yolaine de Courson, député de la quatrième circonscription de la Côte-d’Or, rappelle ainsi que « la célébration des fêtes de fin d’année s’accompagne traditionnellement chaque année pour six millions de foyers français de l’achat et du parement d’un sapin naturel cultivé en France, et dont la vente débute environ un mois avant le 25 décembre ».

L’association craint en effet qu’en raison des mesures sanitaires « les enseignes de distribution ne puissent pas vendre de sapins de Noël est à prendre en compte ». Selon l’AFSNN, les fermetures des rayons entraînent des annulations de commandes de la part des grandes enseignes de distribution.

L’économie du sapin « mise en danger »

« Nul doute que cette année les familles et les enfants attendront davantage ce moment où ils décoreront leur sapin avant de célébrer les fêtes. Mais, si on annonce le 15 novembre aux producteurs qu’ils devront proposer des sapins pour le mois de décembre, il sera déjà trop tard », prévient également Frédéric Naudet, président de l’Association française du sapin de Noël naturel. « Il n’y a pas de plan B pour la profession, nous avons à peine un mois pour écouler le fruit de dix années de travail », insiste le président.

L’AFSNN demande donc au gouvernement de rapidement donner l’assurance aux différents points de vente qu’ils pourront vendre des sapins. « Faute de quoi les Français devront se préparer à un Noël sans sapin. Et bien sûr, ce sera toute l’économie du sapin de Noël français qui sera mise en danger », s’alarme l’association.

L’interdiction de la vente de produits non-essentiels attaquée

Certains demandent plus largement la réouverture des rayons dit « non-essentiels » pour sauver toute la filière horticole. En effet, l’Uniphor (Union nationale des intérêts professionnels horticoles) et la Coordination rurale ont « attaqué, le mercredi 4 novembre 2020, le décret instaurant la fermeture de magasins ou la vente de produits dits non-essentiels dans le cadre d’un référé-liberté demandant la suspension de ces mesures ». L’affaire est audiencée ce 5 novembre 2020. Les deux organisations précisent dans un communiqué du même jour que ces mesures « mettent en péril la filière horticole, à commencer par ses exploitations, plus particulièrement celles des sapiniéristes ».

M.-A. B.