Le marché de la pomme de terre de conservation et ses autres segments sont très affectés par la pandémie de coronavirus. « Les pertes résultant de la crise du Covid-19 sont estimées à plus de 400 millions d’euros pour l’Union européenne, auxquelles il faut ajouter la perte de valeur ajoutée générée par le commerce et la transformation », déplore Arnaud Delacour, président du groupe de travail « Copa-Cogeca (1) potatoes », dans un communiqué de presse diffusé le 22 avril 2020.

Risques de distorsions

« Les réserves économiques des agriculteurs sont épuisées car l’année dernière était déjà mauvaise pour notre secteur, qui a dû faire face à des sécheresses extraordinaires, poursuit Arnaud Delacour. Nous avons besoin de liquidités rapides et de garanties de prêts gouvernementaux si nous voulons traverser cette période difficile. »

Il appelle à une « approche coordonnée » des 27 États membres de l’Union européenne pour appliquer les mesures initiées par la Commission européenne, au risque de créer des distorsions de marché.

> À lire aussi : Europe, un nouveau paquet d’urgence pour les marchés agricoles (22/04/2020)

Des propositions de solutions

Dans une lettre du 22 avril 2020, le Copa-Cogeca demande à la Commission de « fournir un soutien, sous la forme d’un budget en dehors de celui de la Pac » et « d’envisager l’introduction de mesures de soutien exceptionnelles temporaires pour le secteur européen de la pomme de terre. »

Il souhaite également un soutien au stockage privé des frites surgelées fabriquées à partir de pommes de terre sous contrat, à condition que les transformateurs acceptent de redémarrer immédiatement leurs chaînes de production et de retirer du marché les pommes de terre de conservation.

Les agriculteurs européens et les coopératives demandent également à la Commission européenne de « déclencher les articles 219 et 221 du règlement OCM (2) unique, afin de permettre une meilleure organisation des chaînes d’approvisionnement de la pomme de terre, et de leur permettre de se préparer aux futurs problèmes qui se poseront une fois les mesures de confinement levées dans l’Union européenne et les pays tiers. »

À lire aussi : La pomme de terre industrielle ne trouve plus de débouchés en restauration (25/03/2020)

J. Papin

(1) Syndicat représentant les agriculteurs européens et coopératives.

(2) Organisation commune de marché.