Dans un communiqué paru le 30 mars 2022, France Grandes Cultures (FGC), la section des grandes cultures de la Coordination rurale, estime que le coût de production du blé tendre en mars 2022 s’élève à 310 euros la tonne, avec une hausse des charges d’environ 59 % par rapport à 2020.

À lire aussi : Des coûts de production en forte hausse (23/03/2022)

« Cette hausse des coûts de production, dans l’hypothèse d’un achat des intrants en mars 2022, ne correspond pas à la réalité de chacune des exploitations françaises », précise FGC. Le coût de production réel pour chaque exploitation dépend de la date de fourniture en engrais azotés, mais certains agriculteurs sont effectivement amenés à se fournir en ce moment même », ajoute le syndicat.

Les engrais, le GNR et les matériels et bâtiments en cause

Détail de l’estimation du coût de production du blé tendre, sur la base des données de l’observatoire de la formation des prix et des marges (OFPM) et d’autres sources disponibles. © Coordination rurale

Selon FGC, la hausse des charges est principalement imputable aux engrais azotés (+570 €/ha par rapport à 2020), au GNR (+120 €/ha) ainsi qu’au matériel et bâtiment (+25 %). « Certaines charges n’ont pas été intégrées faute de relevés de prix fiables ou en raison de la trop grande variabilité », précise-t-il.

Agir sur les prix de vente

Dans ce contexte, FGC souhaite qu’un certain nombre de mesures soit mis en place :

  • Des dispositifs de prix sécurisants au niveau français comme européen, « pour que le risque ne repose pas sur les seuls agriculteurs », notamment dans la perspective d’incitation à la production liée à la guerre en Ukraine ;
  • Des prix de rachat minimums garantis à « des niveaux en adéquation avec les coûts de production actuels », ce qui permettrait de faire face au besoin d’accroissement des volumes tout en limitant les risques pour les agriculteurs ;
  • La possibilité de répercuter l’ensemble des coûts de production sur les prix de vente. « Les réticences actuelles d’intégrer la vente des productions en grandes cultures dans Egalim 2 avec une prise en charge totale des coûts de production […] pourraient se révéler catastrophiques en cas de retournement des marchés », signale FGC.

À lire aussi : Transformateurs et distributeurs rouvrent les négociations (18/03/2022)

Charlotte Salmon
Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Blé et maïs toujours en repli sur Euronext

L’incertitude reste forte sur les cours des deux céréales, entre les fondamentaux et le contexte géopolitique actuel.