Le prix de l’avoine a battu lundi 4 octobre 2021 son record absolu, porté par les effets de la sécheresse intervenue à la fin du printemps et au début de l’été aux États-Unis et au Canada.

Les vagues de chaleur font grimper le prix de l’avoine

Le cours de cette plante de la famille des graminées a atteint 6,05 dollars le boisseau (environ 14,5 kg) sur le marché à terme de Chicago, dépassant ainsi son précédent sommet, établi en mars 2014 (6 dollars le boisseau).

Cette ascension « est principalement due à la sécheresse au Canada », deuxième producteur mondial, aux États-Unis « et dans une moindre mesure, en Europe du Nord, car la Suède et la Finlande ont eu un temps un peu sec », a expliqué Jon Scheve, de la société de conseil Superior Feed Ingredients.

À la mi-septembre, le Canada a annoncé prévoir une production en baisse de 43 % par rapport à l’an dernier. L’avoine est principalement cultivée dans l’ouest du pays. Et Calgary (province d’Alberta) et Winnipeg (Manitoba) ont connu le mois de juillet le plus chaud depuis que les températures sont mesurées.

Aux États-Unis, au Dakota du Nord et du Sud, qui produisent plus du quart de l’avoine américain, ont eux aussi connu une vague de chaleur inhabituelle. Le ministère américain de l’Agriculture a annoncé jeudi 30 septembre 2021 une production en baisse de 39 % sur le plan national par rapport à 2020.

À lire aussi : Les agriculteurs du Grand bassin n’ont plus d’eau (28/08/2021)

L’avoine davantage consommée par l’homme que par l’animal

L’avoine est consommée par l’homme, sous forme de flocons ou en barres de céréales, ainsi que par les chevaux, mais plus guère par d’autres animaux d’élevage. « Aux États-Unis, il y a tellement d’alternatives qui sont sensiblement à meilleur marché, avec la même valeur nutritive » que son usage a diminué pour les bêtes, selon Jon Scheve.

La production et la consommation de lait d’avoine ont bondi ces dernières années, au point qu’il a dépassé, l’an passé, le lait de soja aux États-Unis en termes de chiffre d’affaires, et n’est plus devancé que par le lait d’amande parmi les laits végétaux.

Pour autant, les quantités transformées en lait d’avoine pèsent encore très peu sur le marché de l’avoine, selon plusieurs analystes.

AFP