Les prix à la production de la pêche du mois de juin 2020 sont en nette augmentation par rapport à l’année précédente (+19 %) et à la moyenne quinquennale (+24 %), a relevé Agreste, dans sa note d’Infos rapides, publiée le 7 juillet 2020. Des conditions climatiques non favorables ont entraîné la réduction de l’offre. Celle-ci est estimée à 8 % sur un an au 1er juillet 2020 et à 9 % par rapport à 2015-2019. Elle est à l’origine de la hausse des cours.

La douceur de l’hiver a eu pour conséquence la réduction de la floraison, et donc de la production. La grêle, le gel, le vent et la pluie sont également responsables de ce recul. Le printemps et ses températures plus que clémentes ont favorisé la précocité de la saison qui a commencé au début de juin, avec une, voire deux semaines d’avance dans toutes les régions productrices.

Le repli des récoltes a fait grimper les prix à la production. © Agreste - Insee

Aucune des régions productrices épargnées

Des gelées sévères pour la vallée du Rhône, le gel à nouveau, la grêle, le vent et les pluies dans la Région Paca, une floraison peu abondante pour le Languedoc-Roussillon… Les trois principales régions de production voient leur production plonger en cette saison 2020. Dans la vallée du Rhône, la baisse de 15 % par rapport à l’année dernière est confirmée, souligne Agreste. Le climat de juin favorise néanmoins la qualité des fruits. La transition entre produit espagnol et produit français est progressive.

> À lire aussi : La saison européenne de pêches et nectarines mise à mal (26/05/2020)

Chute de la production européenne

Le Medfel prévoit une chute de 22 % de la production européenne de 2020, sur un an et par rapport à la moyenne de 2014 à 2018. Ce qui ferait de la saison 2020, la plus faible depuis 2003.

Les vergers de la Catalogne et de l’Aragon n’ont pas été épargnés par la grêle. La production nationale devrait plonger de 22 % sur un an. Du côté italien, les gelées destructrices en Émilie-Romagne impactent la production du pays qui chuterait de 28 % : la récolte italienne serait alors la plus faible depuis 25 ans.

> À lire aussi : Maintenir l’origine France sur les étals (29/06/2020)

R.B.