Le début de la campagne de 2020 de la cerise française se caractérise par une hausse de 20 % en mai 2020 des cours par rapport à leur moyenne quinquennale de 2015 à 2019 et de 7 % par rapport à 2019. La réduction de l’offre au début de la campagne explique en partie cette évolution. Les variétés précoces ont été fragilisées par les pluies abondantes qui les ont touchées au mois de mai, explique Agreste, le service de la statistique du ministère de l’Agriculture, dans sa note d’Infos rapides publiée le 12 juin 2020.

Les cours de la cerise française en mai 2020 sont largement supérieurs à ceux des années précédentes. © Agreste-Insee

Les intempéries font baisser la production

Les tonnages français de la saison 2020 seront similaires à ceux de la campagne de 2019 et inférieurs à la moyenne des récoltes de 2015 à 2019 (–7 %). Leur estimation, revue à la baisse au 1er juin, est de 34 000 tonnes.

Les cerises précoces ont subi en mai des pluies abondantes dans plusieurs bassins de production. Les écarts de tri sont également plus importants pour offrir au consommateur des fruits de qualité.

Les prévisions de production de 2020 sont inférieures à la moyenne de 2015 à 2019. © Agreste-Insee

En Occitanie, la production dans la vallée de la Garonne est prévue en baisse, y compris pour les variétés plus tardives. Pour le Languedoc-Roussillon, une chute de 70 % du potentiel de production est attendue, excepté dans le Gard où les variétés, plus tardives, ont mieux résisté.

La Région Paca a aussi souffert de la météo capricieuse du mois de mai qui a abîmé les fruits. Les pluies ont favorisé les attaques de mouches drosophiles. Les gelées de la fin de mars avaient déjà affaibli les variétés précoces faisant chuter leur potentiel de production.

Dans la vallée du Rhône, où les premières récoltes sont arrivées avec une semaine d’avance sur 2019, le potentiel de production est préservé. Les tonnages devraient être supérieurs à l’année précédente malgré le calibre de certains fruits réduits par la sécheresse en Ardèche.

Chiffre d’affaires en hausse sur la campagne de 2019

La production de la campagne de 2019, inférieure à la moyenne quinquennale, et l’augmentation des prix avaient engendré l’année passée une hausse du chiffre d’affaires : +31 % par rapport à 2018 et +6 % par rapport à la moyenne de 2014 à 2018. Les prix à la production avaient alors crû de 16 % par rapport à la moyenne quinquennale.

À lire aussi : La grêle décime les cerisiers (03/06/2020)

R. B.