En avril 2020, début de la campagne de commercialisation de la courgette française, les prix ont atteint des niveaux très élevés. Entre avril 2019 et 2020, ils ont ainsi progressé de 99 %, et les prix de 2020 dépassent de 123 % ceux de la moyenne quinquennale.

© Agreste

Agreste, le service de la statistique du ministère de l’Agriculture, explique ces prix très élevés en début de campagne par le « contexte particulier engendré par l’urgence sanitaire depuis mars ». La crise du Covid-19 aurait ainsi « modéré la concurrence espagnole alors que la consommation a été soutenue, notamment à la faveur de la météo ». Les prix ont toutefois fini par redescendre et, en mai 2020, ils étaient « supérieurs de 7 % à ceux de la campagne précédente et de 5 % par rapport à ceux de la moyenne quinquennale de 2015 à 2019 ».

La production progresse de 4 %

Du côté de la production, le service de la statistique précise que, selon les premières estimations, au 1er juin 2020, les surfaces françaises de courgettes pour la campagne en cours représentent 2 864 ha. Elles sont donc stables par rapport à l’an passé. Cette stabilité des surfaces n’empêche pas une augmentation de la production nationale, qui est estimée à 121 273 tonnes, soit une progression de 4 % en glissement annuel et de 3 % par rapport aux cinq dernières campagnes. D’avril à juin 2020, les récoltes mensuelles sont également estimées en hausse par rapport à 2019.

M.-A. B.