En avril 2021, le solde des échanges agroalimentaires français atteint 654 millions d’euros. Il progresse ainsi de 119 millions d’euros par rapport à avril 2020 qui, « en plein cœur du premier confinement, avait été marqué par une contraction des échanges et plus particulièrement des exportations », explique Agreste, le service de la statistique du ministère de l’Agriculture dans une note publiée le 15 juin 2021.

À lire aussi : Commerce international, comment le Covid-19 a impacté les exportations françaises (28/04/2021)

Le solde des échanges agroalimentaires français d’avril 2021 progresse sur un an. © Douanes — CPF

Mais cette amélioration cache un repli du solde des échanges de produits agricoles bruts et une hausse de celui des produits transformés.

Les produits agricoles bruts affichent un déficit de 96 millions d’euros, marquant ainsi une baisse de 459 millions d’euros par rapport à avril 2020, principalement expliquée par la dégradation des échanges avec les pays tiers.

La balance commerciale des produits transformés est, quant à elle, excédentaire de 751 millions d’euros, soit une hausse de 578 millions par rapport à avril 2020, principalement expliquée par l’amélioration des échanges avec les membres de l’Union européenne.

Les exportations de blé tendre mises à mal

Les exportations de produits agricoles bruts régressent de 211 millions d’euros en avril 2021, soit une baisse de 13 % par rapport à avril 2020.

Les ventes de céréales sont particulièrement concernées et diminuent de 283 millions d’euros (–34 % sur un an). « Les ventes de blé tendre apparaissent comme les principales contributrices à cette évolution à travers la baisse des quantités exportées d’une année sur l’autre (–1,3 million de tonnes) notamment vers le Maghreb et la Chine », détaille Agreste.

La hausse des ventes en produits de la pêche et en animaux vivants atténue en partie la baisse globale, note Agreste.

À lire aussi : Marché des grains, l’essentiel des marchés des céréales en dix points (09/06/2021)

Les importations de colza et de soja grimpent

Les importations de produits agricoles bruts, qui s’élèvent à 1,5 milliard d’euros, croissent de 248 millions d’euros (+20 % par rapport à avril 2020).

« En lien avec la baisse de la production française, les importations de graines oléagineuses (colzas canadien et australien, fèves de soja brésiliennes notamment) augmentent de 69 millions sur un an », constate Agreste.

Les ventes de vins et spiritueux reprennent des couleurs

Les exportations de produits transformés atteignent 4,5 milliards d’euros en avril 2021 et progressent ainsi de près de 1,1 milliard d’euros sur un an (+31 %).

Si cette hausse concerne quasi tous les produits transformés, la croissance des ventes de vins et de champagne est de nouveau marquée : +465 millions, soit +86 % par rapport à avril 2020) tout comme celle des spiritueux (+262 millions soit +159 % sur un an).

Les importations de produits transformés augmentent de 474 millions d’euros sur un an (+15 %), pour atteindre les 3,7 milliards d’euros. Là encore, cette hausse concerne la quasi-totalité des produits transformés, notamment les viandes et produits à base de viande mais aussi les autres produits alimentaires (avec respectivement +95 et +102 millions d’euros sur un an).

Raphaëlle Borget
Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Le blé poursuit sur sa lancée, conditions de culture et de récolte tendues

Les prix du blé grimpaient encore, vendredi 30 juillet 2021 à la mi-journée, dans un marché focalisé sur les bulletins météo des deux côtés de l’Atlantique, entre intempéries en Europe et sécheresse en Amérique du Nord.
Votre analyse quotidienne du marché - Oléagineux

Le colza se replie avec les autres oléagineux

Les prix du colza flanchaient vendredi 30 juillet 2021 sur le marché européen, dans le cadre d’un recul général des huiles qui s’étaient fortement renchéries.