Après le déficit affiché le mois dernier, le solde des échanges de produits agricoles bruts est repassé dans le vert en septembre 2019 pour atteindre 126 millions d’euros. « Il augmente ainsi de 98 millions d’euros par rapport à septembre 2018 », calcule le ministère de l’Agriculture dans sa note d’Infos rapides publiée le 15 novembre 2019.

Des ventes d’orge à la Chine

À quoi devons-nous cette évolution ? Aux ventes de céréales, « principalement d’orge et, dans une moindre mesure, de blé tendre, [qui augmentent] sur un an de 62 millions d’euros (+16 %) parallèlement à des quantités exportées en hausse d’une année sur l’autre : +300 000 tonnes d’orge vers la Chine notamment. »

L’évolution de l’excédent commercial français « résulte de la hausse de l’excédent avec l’Union européenne mais aussi de l’amélioration du solde avec les pays tiers, respectivement +35 et +63 millions d’euros sur un an. Les exportations, 1,1 milliard d’euros, progressent de 90 millions d’euros : +9 % par rapport à septembre 2018. »

Le solde des produits laitiers s’améliore

Le solde commercial des produits transformés s’améliore aussi, de 207 millions d’euros par rapport à 2018. Cette augmentation concerne exclusivement les échanges avec les pays tiers. Si les spiritueux et les vins restent les locomotives de cet élan, la hausse est aussi notable pour les produits laitiers (+40 millions) en particulier les poudres de lait et les fromages.

Voir aussi : Le blé et l’orge français bien placés à l’exportation (13/11/2019)

E.R.
Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Le blé en léger repli, interrogations sur la demande

Les prix du blé cédaient un peu de terrain tout en restant à un niveau élevé, jeudi 28 octobre 2021. Les investisseurs s’interrogeant quant aux conséquences de la recrudescence du Covid-19 sur la demande mondiale.