« L’excédent agroalimentaire français atteint 735 M€ », souligne le ministère de l’Agriculture dans sa note d’Infos rapides publiée le 16 janvier 2019. Celui des produits agricoles bruts atteint 89 M€, bondissant de 72 M€ par rapport à novembre 2017 du fait de la réduction du déficit commercial avec les pays tiers.

Les prix du blé et de l’orge en hausse

Les céréales françaises participent à cette augmentation. En valeur, leurs exportations augmentent de nouveau : de 40 M€ sur un an, soit 9 %. Les volumes vendus en dehors de nos frontières reculent, mais le prix moyen à l’exportation a augmenté de 24 % pour le blé tendre et de 27 % pour l’orge.

Les légumes ne sont pas en reste, avec un bond de 31 M€. Le recul des volumes disponibles tire les prix à la hausse. En revanche, la mauvaise récolte de colza en 2018 plombe les ventes à l’étrange d’oléoprotéagineux qui reculent de 27 M€.

L’évolution est également négative pour les fruits, –26 M€, et les animaux vifs, –23 M€. Quant aux importations, elles atteignent un peu moins de 1,2 milliard d’euros, en repli de 63 M€, soit 5 % par rapport à novembre 2017, en lien notamment avec des achats de fruits.

L’excédent commercial en produits transformés diminue de 158 millions d’euros sur un an, à 646 millions d’euros, avec des exportations en net recul, notamment pour les boissons, le sucre et les produits laitiers.

Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Les cours du blé et du maïs reculent sur Euronext

Le marché des matières premières agricoles recule depuis le début de semaine. Les prix du blé et du maïs ne font pas exception. Après un net repli à la clôture hier, le 16 août, ils diminuaient plus légèrement ce mercredi matin à l’ouverture d’Euronext.